vinalmont

Vinalmont

  • Patrick Conings , le Wanzoulois, et William Lambion le Vinalmontois , vous invitent à une opération "nettoyage du printemps " Be Wapp à Statte et Wanze

    Ce sera samedi prochain 

    patrick conings,be wapp 2017,nettoyage printemps

     Patrick (Photo Louis Maréchal )

     
     
    Première opération
     
    Patrick Conings, le Wanzoulois qui habite au coin des rues  des Carrières et de Wanzoul,organise avec son copain Christophe Lespagnard de Huy, une opération Be Wapp (Be happy , Wallonie plus propre )  ce samedi 25 mars à partir de 9h à Statte , près du petit pont du chemin de fer.  Endroits visés :Statte, alentours du magasin Action et la rue du Val Notre Dame vers Moha. 
     
    Grand spécialiste des trails et des marathons, fan de foot, de tennis, des Cévennes, de rando, Patrick  a notammant participé au dernier trail urbain de Huy et prépare un marathon.
    Christophe  Lespagnard est aussi bien connu dans les pelotons de joggeurs et vient  de terminer ce dimanche les 30 kms de la Primavera -dans le vent - à Andenne 
     
    Pour plus d'infos concernant l'opération Be Wapp qu'ils organisent , vous pouvez les contacter via "facebook"

     

    Deuxième opération à partir du château à l'horloge

    William Lambion , le Vinalmontois des Doyards , membre de la Cldr de Wanze, a lancé une proposition pour ce samedi 25 matin dès 10H00 et jusque 13h00 départ château à l'horlogepour un nettoyage du  parcours santé (version plate le long de la Meuse et partie sportive dans les bois).

     Contacter directement William Lambion au 0497/26.46.62

     

    La 3e édition du grand nettoyage de printemps en Wallonie se déroule du 24 au 26 mars 2017.  Infos sur www.walloniepluspropre.be ou via le numéro: 081/32.26.40

    Familles, mouvements de jeunesse, clubs sportifs, associations, écoles, groupes d’amis, comités de quartiers, entreprises… Tout le monde peut participer et nettoyer sa rue, son quartier, son village, un parc, un sentier, un chemin en forêt ou tout autre endroit de son cadre de vie.

    A Vinalmont , connaissez vous une équipe qui organise une opération Be Wapp? 
     
    Comme l'an dernier, la commune de Wanze participe et apporte son soutien aux équipes citoyennes pour la coordination des parcours et le ramassage des déchets rassemblés par les participants (voir ICI l'opération Wapp de l'école de Vinalmont l'année passée ) .

    patrick conings,be wapp 2017,nettoyage printemps

  • Le Vinalmontois Hervé Tellier organise la marche et le souper du Clair Matin

    Le village de Fallais sera l'objectif de la promenade 
     

    17309767_10155175213187390_5907758000853760429_n.jpg

     
    Ce samedi 25 mars, les jeunes et l'équipe du Clair-Matin vous invitent à venir découvrir les alentours du village de Fallais via deux parcours fléchés(5 et 10kms).
     
    L'adresse du jour:  Rue de Dreye 13, 4260 Braives, Belgique

    Au programme:

    Entre 8h et 16h30 libre accès aux parcours.
    Tarif: 3,5€ (gratuit pour les enfants).

    Pour les sportifs, le parcours peut être fait en courant... allez-vous relever le défi?

    Pour les gourmands, petite restauration permanente durant la journée.

    Pour les "déshydratés" : un bar est mis à votre disposition dès la première heure. ... 

    Pour les enfants: Château gonflable.

    Pour ceux qui en voudraient encore : dès 19h SOUPER SPAGHETTI (uniquement sur réservations 019/69.93.03. ou clairmatinlatinne@skynet.be).

    Pour les footeux : Nous mettons tout en oeuvre pour pouvoir diffuser le match BELGIQUE-GRECE (qualificatif pour la coupe du monde) mais rien n'est encore sûr...

    Pour ceux qui voudraient soutenir notre service mais qui ne pourront être présents... il est toujours possible d'effectuer un don: BE37-0682-1537-8928.

    En espérant vous rencontrer ce 25 mars 2017 ...

    Les jeunes et l'équipe du Clair-Matin:
    l’ASBL Au Clair Matin accueille en permanence 15 jeunes filles et garçons en difficulté , âgés de 3 à 18 ans
  • Philippe Legrand , l'architecte wanzoulois , vous invite au 12 ième Neurone Trophy

    Une organisation du Fifty One de Huy 
     
     

    Affiche 2017-new2.jpg

    Vous êtes cordialement invités à venir participer au 12° NEURONE TROPHY organisé par le FIFTY-ONE Club de Huy, ce samedi 25 mars prochain au Centre de Conférence de la Centrale Nucléaire de Tihange 
     
    Pour ceux qui n'ont pas encore participé les années précédentes, de quoi s'agit-il ?
    D'un grand quizz sur des sujets divers, répartis en 3 blocs de 6 thèmes, se déroulant en 3 x 40 minutes environ.
    Le jeu est ouvert aux équipes réparties par table de 6 personnes, à former si possible dès l'inscription.
    Participation = 60,- € par table, soit = 10,- €/personne.
    Réservation par mail à notre trésorier: claudediet6@msn.com
    Pour plus de détails, vous trouverez ci-après  le règlement du jeu.
     
    AMBIANCE ASSUREE !
     
    Philippe Legrand espère vous y retrouver très nombreux ...
     
     
    Voici les coordonnées de Philippe , le secrétaire du Fifty One de Huy 
    Philippe LEGRAND
    Rue de Wanzoul 88
    4520 - VINALMONT
    085 / 23 23 01 - 0474 / 553 225
     
     
     Voici les modalités et le règlement du Neurone Trophy

    25 Mars 2017 à 19 h

    Centre de Conférences – Centrale de Tihange - Avenue de l’Industrie, 1

    4500 TIHANGE

    Formalités

    1. LIEU : Centre de Conférences – Centrale de Tihange


    2. DATE : le samedi 25 mars 2017.


    3. DÉBUT : à 20h 00 précise !!
      Soyez donc
      inscrits avant !!!
      Les locaux sont accessibles dès
      19h 00 et une petite restauration est possible


    4. INSCRIPTONS : Le Neurone Trophy se joue par équipe de 6 personnes (max) (droit d’inscription de 60€ /table de 6 personnes).


    5. Les accompagnants et supporters d’une équipe ne sont pas admis dans l’arène de jeu … C’est-à-dire près des tables des compétiteurs….

      Un espace près du bar, avec vue imprenable sur l’arène, leur est spécialement dédicacé.
      Ils pourront rejoindre leurs amis-athlètes lors des nombreux intermèdes et les soutenir en leur offrant boissons et repas, à volonté !

     

    Déroulement du Neurone Trophy :



    1. Le Neurone Trophy est une épreuve de rapidité.

    2. Il se déroulera sous forme de 3 blocs de 6 thèmes (de10 questions).
      Chaque bloc durera 35 à 40 minutes.

    3. Au début de chaque « bloc », chaque équipe recevra des formulaires de « Réponses » par thème sur lesquels elle devra indiquer son numéro d’équipe.

    4. A la fin de chaque thème, les animateurs reprendront ces formulaires.

    5. Si un thème est coté 10 points, un bonus de 10 points sera accordé à la table (max 1 bonus par bloc).

    6. Chaque bonne réponse vaut 1 point et 2 points pour les thèmes « Énigmes ».

    7. L’orthographe n’a pas …trop d’importance ; une réponse phonétique est acceptée, mais si elle est trop vague, incomplète ou illisible, elle sera considérée comme fausse. Les correcteurs sont seuls juges en matière d’analyse graphologique et aucune réclamation ne sera acceptée.

    8. Après chaque bloc, les réponses correctes et le classement des équipes seront communiqués.

    9. A la fin des 3 blocs, les résultats complets seront publiés et une remise de prix est prévue.

    10. En cas d’égalité critique, une question subsidiaire sera proposée.

    11. Il n’est pas admis de tricher (GSM-PC-…) ou de copier.



    Rappel : le Neurone Trophy du Fifty-One Club de HUY est un JEU !!!


    Ce n’est pas une compétition internationale à enjeu géo-politique majeur.
    Il n’y a ni argent, ni voiture de sport, ni voyage exotique à gagner.

    Vous venez aider des associations qui en ont besoin.
    Restez donc « 
    FAIR PLAY » avant tout, Amusez-vous !

    Apportez votre bonne humeur et une mémoire au sommet de sa forme.

















     
  • Rita Smets-Hérion, la gardienne de la chapelle de Wanzoul depuis plus de 50 ans

     

     Rita, la mamy de tout Wanzoul

     

    vinalmont,wanzoul,conseil paroissial vinalmont,gaston theys,rita smets hérion

    Rita avec sa comparse de Wanzoul, José Macherot 

    Qui n' a pas rencontré Rita arpentant les chemins de Wanzoul avec ses chiens , les grondant gentiment, qui ne s'est pas retourné à l'appel du perroquet d' Eddy - le seul perroquet du monde qui va en vacances- qui veillait du haut de la maison de Rita.

    Rita , une Vinalmontoise de toujours ? Non mais presque .

     

    vinalmont,wanzoul,conseil paroissial vinalmont,gaston theys,rita smets hérion

    A gauche Rita avec Jean - Paul, à Huy . A l'arrière -plan Paul Smets le papa  (photo Rita Smets)

    La petite Rita Hérion a connu Wanzoul dans de circonstances exceptionnelles. Elle avait 9 ans ; c'était en 1940 au début de la guerre . Hutoise , elle attendait avec d'autres habitants de Huy et de la rive gauche de la Meuse un train en gare de Statte pour « évacuer » , les citadins des endroits militairement stratégiques devant fuir les bombardements .

    Vu l'avancée allemande, Rita et sa famille doivent cependant changer de plan : ils rebroussent chemin et et ils décident de venir à Wanzoul où ont habité les grands parents de la petite fille . C'est ainsi que la marelle réunit bientôt au Pousserou Rita , la jeune Hutoise , avec les Wanzouloises Germaine Gonne et Hermine Lecocq .

     

    1957 , Rita, le retour.

     En 1957, Rita est mariée avec Paul Smets, le chauffagiste bien connu. Ils aménagent patiemment la veille ferme de la rue du Pousserou à Wanzoul , maison rachetée à Emile Joiret. C'est très vite une magnifique demeure  fleurie qui regarde fièrement le château de sa situation surélevée, au coin de la rue de Wanzoul et de la rue du Pousserou. Le petit Jean -Paul a alors déjà 4 ans.

     

    vinalmont,wanzoul,conseil paroissial vinalmont,gaston theys,rita smets hérion

    La maison de Rita regarde fièrement château et chapelle de sa situation surélevée (photo Alphonse Pongo) 

    En août 1962, Rita, toute anxieuse va à Bruxelles: elle va sonner avec Paul au portail de l'imposante maison du baron ...Alphonse Schoonbroodt. Ils viennent chercher ...Alphonse, un petit noir débarqué d'un Congo fraîchement indépendant ou plutôt ...d'un Boeing 707 de la Sabena. Alphonse Pongo a alors trouvé une famille merveilleuse.

    Rita fait faire une promenade de reconnaissance du village à Alphonse . Le village, qu'elle connaît bien, est en forme de papillon comme elle l'explique à Alphonse , une aile pour Vinalmont, une aile pour Wanzoul avec entre les deux la « campagne » ou le Pont de Soleil: Alphonse a-t-il à peine découvert Vinalmont qu'il descend la rampe de la maison de chez Jacques et Marcelle Fontaine rue Abert 1er à toute vitesse sur son nouveau vélo et qu'il s'étale « comme une flatte » ; c'est Raymonde Gillet , la voisine , qui lui enduit le genou d'ue sérieuse dose de mercurochrome .

    Mais bien vite - c'est le cas de la dire- Alphonse et Jean -Paul prennent de l'assurance et de la vitesse et deviennent des Rik Van Looy (le Tom Boonen de l'époque) dans leur course poursuite vers l'école . « Les enfants vivent leur vie , ah oui ça » philosophe Rita .

    Jean -Paul sera chauffagiste reconnu dans la région comme son papa, un peu, beaucoup marin , un plongeur sous-marin averti,  un très bon joueur de foot , un photographe passionné, Président du Photo Club de Huy. Alphonse sera architecte « mais » ira habiter de l'autre côté du Pont de Soleil « chez Marthe Racoux », près de l'école ...

    « Ah oui ça » . Rita veille sur ses petits-enfants , elles les aiment comme la prunelle de ses yeux et en est plus que fière . « Ah oui ça ...  Ils sont toujours partis . Pour le moment , Benoît, le fils de Jean-Paul,  est reparti explorer « ses » volcans et Léonard, le fils d'Alphonse , le photographe, est aux Etats-Unis, à New York : il m'a envoyé une belle photo d'un... chat.

    vinalmont,wanzoul,conseil paroissial vinalmont,gaston theys,rita smets hérion

    Il a neigé: Paul Smets , Jean - Paul, Alphonse et le voisin Roger Rihon (photo Alphonse Pongo)

    Car Léonard la connaît, sa Bonnemantit, qui préfère de loin une photo d'un chat que celle de la statue de la Liberté. Rita est effet grand amie des animaux, ses chiens, ses chats -Gribouille, Minou- et même ceux des autres: ses démêlés avec les garde-chasses, leurs fusils, et leurs boules empoisonnées sont légendaires et elle n'aime pas les dames qui portent une cape doublée de peau de chat non plus . Mme Buidin , Madame Blanche , la gouvernante du château de Wanzoul portait un tel accoutrement dans les années 60 ; c'est donc avec quelqu' appréhension que Rita avait envoyé Alphonse suivre des cours de calcul chez elle. N'a-t-on pas idée : une cape en peau de chat? Mais Mme Blanche était une sainte femme et a été pardonnée .

    La maison de Rita , c'est un musée , la mémoire de sa vie ; une vie toujours bien active malgré ses récents soucis de santé . Elle vient encore de préparer de la pâtisserie .

    « Tu veux une galette ,je viens de les faire  » et d'ouvrir sa grande boîte à gâteaux puis une seconde avec des chiques. « Tu ne manges pas beaucoup va. Tu es trop mince ». Si Rita travaille dans l'ombre, sans jamais se mettre en avant , elle a son franc parler . « Je dis ce que je pense , ah oui ça » .

    Et donc c'est vraiment contrainte et forcée que Rita a dû abandonner son rôle de gardienne des clés de la chapelle de Wanzoul dont elle est depuis plus de 50 ans « de facto la sacristine » comme a dit Monsieur Thijs lors de la cérémonie organisée en son honneur à l'église de Vinalmont en ce début du mois de mars.

    Rita a été fêtée par la communauté paroissiale pour ses plus de 50 ans au service de la chapelle en même temps que Raymonde Gillet, la chantre – organiste dont nous avons parlé dans une petite note précédemment

     

    L'hommage de la communauté paroissiale

    Gaston Thijs a retracé le parcours de Rita (les textes en italique reprennent une partie du discours de M Thijs )

    Tout a commencé pour Rita quand l'abbé Renier était curé fin des années 50. Comme le curé avait de sérieux problèmes de santé, conséquences de la première guerre mondiale, il fallait souvent le seconder . Le curé confie donc les clés de la chapelle à Rita qui habite tout à côté. A l'époque, les églises étaient accessibles pendant la journée. Rita est chargée d'aller ouvrir et fermer quotidiennement la porte de la chapelle et de mettre en route le chauffage à mazout ; Rita se souvient de ce gros poêle , un affreux «bloc» difficile à allumer et qui « sentait mauvais » .

    Rita en profitait pour préparer les hosties et le vin pour les offices, changer le linge liturgique et s'occuper du nappage.

     

    vinalmont,wanzoul,conseil paroissial vinalmont,gaston theys,rita smets hérion

    La fine équipe avec l'abbé Marsin (Photo Rita Smets )

    Rita était aussi partie prenante quant il s'agissait de nettoyer la chapelle de Wanzoul ou l'église de Vinalmont avec notamment  Josée Vanleyssem, Lucienne Colot , Marie Lecocq, Marie Delloye, Célina Mutsch, Gaby Minet, Nicole Louis , Jeanine Fontaine et sa fille Liliane , Mme Messiaen, José Peeters, Mme De Toffoli...avec au final un morceau de tarte chez Rita ou chez Mr le Curé

    Rita accompagnera bien souvent une partie de la même équipe au sein de Vie Féminine ou de Wanz 'Rencontre, notamment en excursion (Durbuy est resté mémorable) . Elle ira aussi  en pèlerinage à Lourdes avec son amie de toujours Marie Delloye et sa comparse de Wanzoul, José Macherot.

     

    La revanche de la chapelle

    Avant 1963, c'est -à-dire avant l'installation de l'abbé Marsin comme curé de la paroisse , il n'y avait qu'une messe par semaine à la chapelle , le dimanche matin .

    Par la suite , la curé Marsin multiplie les célébrations à la chapelle . Le nouveau curé profite des assouplissements des règles au niveau de l'église avec Vatican II. En effet , auparavant ,comme Wanzoul n'est « que » chapelle et non église paroissiale , en principe , ni enterrements , ni mariage ne peuvent y être célébrés.

    Le premier mariage à la chapelle se déroule entre Edith Rihon et Joseph Sadeller le 11 juillet 1964. En ce qui concerne les nouveaux nés, les premiers baptisés à Wanze seront Patricia Pirard en octobre 1964, Julia d'Or , la fille du jardinier et Dominique Dony , le fils du menuisier.

     vinalmont,wanzoul,conseil paroissial vinalmont,gaston theys,rita smets hérion

    M Thijs remet la médaille d'or de Saint Lambert à Rita pour plus de 50 ans au service de la chapelle

    (photo Alphonse Pongo) 

    Les processions démarrent une année sur deux de Wanzoul et Rita s'occupe bientôt avec ses amies du reposoir de la nouvelle potalle Sainte Barbe, celle là même qui a été érigée en 1988 par les membres et sympathisants de Qualité Village à l'angle du « grand » carrefour de Wanzoul , contre la propriété de la famille Smets .Wanzoul , pays de carriers , ne pouvait choisir que Sainte Barbe, protectrice des ouvriers menacés par le feu , comme marraine de sa chapelle et de cette nouvelle potalle

     

    Paul Smets

    La paroisse de Vinalmont a aussi voulu associer, à cet hommage à Rita, son époux Paul , et ce à titre posthume . Paul était entré au Conseil de Fabrique en remplacement de M. Dony peu de temps après l'installation de la famille Smets à Wanzoul fin des années 50. Paul Smets était resté membre du Conseil jusqu'à son décès survenu en 1986. A ce moment, Paul allait atteindre sa soixantième année et c'était deux jours après avoir organisé avec beaucoup de faste la fête pour les 60 ans du curé Marsin.

    Félicitations

    Félicitations , bravo Rita, "Sainte Rita" comme dit sa copine Marlies que Rita a accompagnée à Huy pendant 20 ans en tant que bénévole au SEF , le service d'entraide des familles , sans faire de bruit , discrète , gentille. 

     

    Les photos 

    Merci à Alphonse pour son remarquable reportage photographique .

    Toutes les photos d' Alphonse Pongo et aussi les clichés exceptionnels que Rita  nous avaient communiqués lors de la parution du livre relatif aux années 40-60 à Vinalmont, sont visibles via Vinalmont.be 

     Attention , il y a 2 galeries:

    -l'une porte sur les photos de l'album de souvenirs de Rita et Alphonse ICI

    -une seconde galerie reprend les photos d'Alphonse PONGO -merci à lui -lors de l'hommage rendu à Raymonde et Rita en l'église de Vinalmont ICI

     

    Cliquez sur une photo puis sur la seconde icône de la bannière de droite pour voir le cliché en encore plus grand ).

    Pour revoir la note consacrée à  Raymonde Gillet , une autre grande dame du village, cliquez ICI .

     

     

    vinalmont,wanzoul,conseil paroissial vinalmont,gaston theys,rita smets hérion

     Rita (photo Alphonse Pongo) 

     

     

  • Hommage à Raymonde Gillet, la Vinalmontoise de toujours

     Chantre organiste depuis plus de ...50 ans

     raymonde gillet,vinalmont,communauté paroissiale vinalmont

     Raymonde guitariste,  à droite - Photo album Raymonde Gillet 

    En ce début mars 2017, l'église de Vinalmont respirait la joie : un hommage plus que mérité y a été rendu à Rita Smets Hérion et à Raymonde Gillet , deux femmes exceptionnelles de la communauté paroissiale depuis plus de 50 ans.

    Aujourd'hui , parlons « un peu » de Raymonde avec l'aide de Mimie , Marie Vanleyssem (dont nous avons repris plus bas une grande partie du discours en caractères italiques ).

    Si Raymonde est née en 1946 à Herstal , Raymonde est une Vinalmontoise de toujours. C'est à Vinalmont que la maman Marguerite et le papa Henri sont très vite venus habités, alors que Raymonde avait trois ans ; il convenait de venir habiter sur « les hauteurs » pour éviter les problèmes d'asthme.

    Raymonde est donc née en 1946. 1946, un an seulement après la fin de la guerre , un an après le retour d'Henri, le papa, de sa période de captivité en Allemagne, en Autriche et en Pologne. Henri Gillet , à la fois féru de mathématiques et dessinateur talentueux, enseigne à l'école technique (atelier fer et aussi mécanique en cours de soir) . Il est très strict, marqué par sa longue détention dont il parle très peu. Lors de la fête du village , Raymonde Gillet s'occupe avec sa maman de la « Baraque des prisonniers»  afin de récolter des fonds pour aider les familles des anciens prisonniers soignés à Saint Ode . La maman de Raymonde, Marguerite, est une dame exceptionnelle , une maman discrète , aimante , attentive.

    raymonde gillet,vinalmont,communauté paroissiale vinalmont

     En promenade en ville avec papa et maman -Photo album Raymonde Gillet 

     

    Raymonde , c'était donc ma voisine du no 5 de la Rue Albert 1er à Vinalmont Elle habitait et habite toujours la maison familiale, une demeure située en face de chez Mina, Ernest et Isabelle dans les années 50-60 (aujourd'hui chez Marie)  

    Mais pour la petite Raymonde , la seule « vraie » voisine , c'était Loulou, la fille des responsables de la CAV, le « grand » magasin situé en haut de la rampe, de l'autre côté de la rue . (Ce magasin est aujourd'hui devenu l'habitation de Jacques Fontaine et de son épouse Marcelle).

    Malgré la différence d'âge, Loulou et Raymonde deviennent des amies inséparables, des confidentes uniques l' une pour l'autre , et ce....pour la vie . Une amitié peu commune , un amour par contre commun... pour les petits gâteaux.


    Pour la petite fille, c'est déjà l' âge de l'école qui est située à deux pas de la maison de Raymonde . L'école à Vinalmont, cela a été pour Raymonde un période merveilleuse. Sa copine Marcelle Goffin trouvait un orvet et c'était l’occasion de commencer une leçon de sciences qui ne disait pas son nom . Carmen Lamborelle apportait des marrons et c'était une leçon de calcul sans le savoir et dans la joie . Pour Mademoiselle Dispas , l'institutrice , toute découverte servait à l'étude du milieu et la leçon portait aussi bien sur un escargot « bouché» que sur un reste de construction de ruche .

    Même les petits malheurs étaient l'occasion de découvrir la médecine « douce » pour les enfants . Raymonde s'était brûlée sur le poêle de l'école en fonte en prenant son livre dans sa mallette . Sans perdre son sang froid devant une situation aussi chaude, la collègue de Madame Dispas, Mlle Marie, court chercher une pomme de terre crue dans son habitation qui jouxte l'école, la coupe en deux et l'applique sur la joue de Raymonde.

    Pour la remercier , le papa de Raymonde , le bricoleur, fabrique pour l'école une crèche de Noël avec des baguettes de bois et des brins de paille.

     

    raymonde gillet,vinalmont,communauté paroissiale vinalmont

    Rentrée des classes avec les frères Christian et Paul Vincent -  Photo album Raymonde Gillet 

    La musique est bien vite une passion pour Raymonde. A 6 ans déjà, elle ira au cours de musique chez Suzanne André , la mezzo -soprano , chanteuse d'opéra hors pair au théâtre de Verviers. Suzanne, c'est la cousine de la maman de Raymonde qui habite rue Quique . Raymonde ira chez elle pendant 5 ans, de 1952 à 1957, suivre ses premières leçons de piano et de solfège

    Raymonde s'entend comme larrons en foire avec Christian et Paul Vincent , les petits fils d'Alex Weck qui a marié Suzanne la soprano. Les enfants apprennent par coeur les livrets d'opérettes rangés sur la cheminée du salon , ils écoutent Suzanne qui , tout en travaillant , chante « Les Mousquetaires au couvent » ou «Les cloches de Corneville ». Et quand on emmène les enfants voir les Cloches de Corneville au théâtre Royal de Liège, Raymonde et Christian , tout excités , entonnent « C'est la salle de mes ancêtres » à l'unisson du chœur et il faut les faire taire en catastrophe !

     

    raymonde gillet,vinalmont,communauté paroissiale vinalmont

    Déjà pianiste , rue Albert 1er - Photo album Raymonde Gillet  

    Une autre passion de Raymonde, c'est le déguisement : elle raffole des habits de scène de Suzanne et espère les enfiler lors des fêtes de famille . Elle devient alors saltimbanque avec les habits de l'opéra comique « Les Saltimbanques »  ou veuve joyeuse avec la coiffe utilisée dans l'opérette de Franz Lehar qui se passe dans un pays imaginaire des Balkans . Raymonde ne manque pas non plus le carnaval ni même de jouer le rôle de Notre-Dame quand un prédicateur met en scène le miracle de sœur Catherine Labouré à l'église .

     

    raymonde gillet,vinalmont,communauté paroissiale vinalmont

     Raymonde cartomancienne - Photo album Raymonde Gillet 

    L'église, la musique se rejoignent et rattrapent Raymonde début des années 60. Raymonde peaufine sa formation au conservatoire de Huy au niveau solfège, piano et histoire de la musique (elle continuera jusqu'à l'âge de 22 ans) . Henri Delbrouck, le chantre organiste, le sait Il profite du prétexte d'une messe de minuit à deux voix pour engager Raymonde : il est impossible de diriger une chorale à deux voix en même temps que de jouer de l'orgue : Raymonde, l'étoile montante, est donc recrutée comme organiste.

    En 1962, nouveau bouleversement : c'est une véritable révolution au niveau de l'église avec l'arrivée du curé Marsin et du concile Vatican II : en plus de permettre aux curés de dire la messe en français face aux fidèles et de s''habiller en « clergyman » , Vatican II signe l'arrêt de mort des chants en latin . Henri Delbrouck , toujours lui , habitué au répertoire grégorien, transmet le relais à Raymonde . Bientôt , avec Raymonde , le jubé passe tout de suite de Vatican II à Vatican IV. Pensez donc , une jeune file qui crée une chorale et qui anime les messes .

    Tous les samedis , c'est répétition à la chorale avec une équipe de jeunes : Jean-Luc , Alphonse , Jean-Paul, Brigitte Mimie ...Le curé Marsin, qui surveille tout cela du coin de l'oeil en faisant crisser ses chaussures sur le dallage pendant les répétitions, prend soin de faire obstruer la balustrade du jubé afin d'éviter que ses paroissiens ne regardent en dessous des jupes des filles ...

    Et bientôt, Raymonde accompagne même la chorale à la guitare .

    raymonde gillet,vinalmont,communauté paroissiale vinalmont

    L'orgue de Raymonde  - Photo Alphonse Pongo 

    Les années passent . Marie Vanleyssem raconte :

    Raymonde élargit bientôt son registre au niveau musical . Elle participe notamment au chœur philharmonique de Liège avec Philippe Herreweghe  de 1977 à 1984. Raymonde a dû répondre pour cela à ses exigences et étudier le chant au conservatoire de Huy .

    Raymonde élargit aussi ses activités

    Mimie le rappelle à Mlle Gillet :

    Vous avez été appelée par d'autres paroisses que Vinalmont-Wanzoul .

    Tout d'abord Fumal où vous avez suivi l'abbé Marsin pendant 24 ans . Le programme de Noël était parfois démentiel : messe de Minuit à Vinalmont, et puis 9h30, messe à Vinalmont , 11h à Fumal et 16 h à Wanzoul! Épuisement total pour l'abbé Marsin et Raymonde après ces fêtes de Noël

    Raymonde a aussi été pressentie pour jouer à Statte : pendant quelques années se sont enchaînés déplacements et répétitions . Que de difficultés mais que de belles rencontres aussi.
    Et bien loin en Hesbaye ,continue Marie , vous avez également répondu à l'appel de l'Abbé Schmetz pour jouer à un nombre considérables d'enterrements

    Oui , être organiste n'a jamais été pour vous une activité complémentaire ; vous en avez fait un second métier . Vous vous êtes adaptée à des rythmes de célébrations différentes , à des répertoires différents aussi .

    Oui , c'est vraiment une belle aventure , riche et longue , qi vous a permis de croiser l'Abbé Renier , l'Abbé Marsin, le Père Jacques , l'Abbé Dino et l'Abbé Dorthu .

    Et Mimie Vanleyssem de mettre en avant le rôle du chant et de la musique dont Raymonde était la dépositaire:

    Le chant et la musique ne sont pas uniquement des éléments qui acompagnent le culte ou la prière. Ils sont l'expression de la prière elle même. Le chant et la musique contribuent à unir les cœurs et les élever vers Dieu .

    Votre talent musical , Mlle Gillet , nous le connaissons pour l'entendre le dimanche aux messes ou lors d'autres célébrations .

    Votre disponibilité est sans borne. Lors des récentes journées du patrimoine en 2016, les trésors de l'église , l'enseignement historique de Mme Godbille mais aussi vos interprétations musicales ont enchanté plus 200 visiteurs : avec la musique ,votre musique, tout est plus beau , chacun est plus heureux.

     

    raymonde gillet,vinalmont,communauté paroissiale vinalmont

    Raymonde joue de l'orgue entre la statue de sainte Marguerite (le prénom de sa maman ) et le vitrail dédié à Saint Henri (le nom de son papa) - Photo album Alphonse Pongo 

     

    Tout en faisant vibrer l'orgue , vous l’animez en restant modestement cachée au jubé derrière lui. Vous savez vous effacer pour que nous puissions apprécier la beauté de cet instrument si riche musicalement

    L'orgue de l'église de Vinalmont , ce témoin important de notre patrimoine local , a été restauré en 2008.  C'est un petit orgue dans sa dimension mais il s'agit du seul exemplaire de ce type : il été construit en Belgique en 1856 : grâce à vous, il a retrouvé vie et nous profitons de ses belles sonorités .

    Ce qui vous caractérise , c'est la multiplicité de vos compétences et activités : car tout en assurant donc depuis 1964 le poste d'organiste ici dans la paroisse de Vinalmont, vous avez suivi avec succès une formation en philologie romane à l'Université de Liège, puis mené une carrière aux Dames de l'Instruction chrétienne à Liège comme professeur de français , d'espagnol, d'histoire de l'art , une carrière qui a été la vôtre pendant 34 ans .

    Nous avions déjà parlé en 2001 du roman hors normes publié par Raymonde , la romaniste, aux éditions l'Harmattan .

    « Quelques femmes autour de toi » ,est particulièrement révélateur de la sensibilité, de l'esprit de tolérance , de l'amour de Raymonde pour chacun, d'une compassion, d'une compréhension bienveillante de l'être humain.

    « Quelques femmes autour de toi » pose la question : « Quelles femmes comptent le plus dans la vie d'un homme : la mère tendrement chérie, la sœur aînée, l'épouse experte aux tortures de la jalousie , la fille distante et secrète , l'amoureuse, l'étrangère , sorte de «  princesse lointaine » si bien gardée, si fidèlement aimée. »

    Le petit village belge décrit dans le roman par Raymonde ressemble peut-être un peu à Vinalmont : « Voici son village. Depuis seize ans , c'était un nom sur une enveloppe. Le voici ,vallons et bosquets , maisons pointues autour d'un clocher d 'église et des tours d'un château. Voici sa maison , simple et blanche au milieu de fleurs et du feuillage ; les yeux d'or d'un énorme chat noir qui te surveillent , pleins de suspicions ; une porte ouverte et le sourire bienveillant d'une dame à cheveux blancs que tu reconnais sans peine . »

    La fête en l'honneur de Raymonde s'est terminée par les remerciements de Marie Vanleyssem au nom de tous les membres du Conseil de Fabrique et de la communauté paroissiale : « Nous tenions à vous exprimer notre plus profonde gratitude car, depuis 52 ans , vous ne ménagez ni votre peine , ni votre énergie pour nous enchanter . Merci de nous consacrer ainsi votre temps et nous espérons pouvoir encore compter sur vous pendant de nombreuses années ».

     

    raymonde gillet,vinalmont,communauté paroissiale vinalmont

    Devant la maison blanche , dans "sa" rue , la rue Albert 1er - Photo album Alphonse Pongo 

    Merci à Alphonse pour son remarquable reportage photographique de « Quelques femmes autour de nous »

    Toutes les photos d' Alphonse et aussi les clichés exceptionnels que Raymonde nous avaient communiqués lors de la parution du livre relatif aux années 40-60 à Vinalmont sont visibles via Vinalmont.be 

     Attention , il y a 2 galeries:

    -l'une porte sur les photos de l'album de Raymonde ICI

    -une seconde galerie reprend les photos d'Alphonse PONGO -merci à lui -lors de l'hommage rendu à Raymonde et Rita en l'église de Vinalmont ICI

    -et une petite vidéo via Alphonse ICI 

    Cliquez sur une photo puis sur la seconde icône de la bannière de droite pour voir le cliché en encore plus grand ).

    Bientôt , nous reviendrons sur le parcours de Rita, comme Raymonde , une femme de l'ombre mais oh combien importante pour notre village .

     

     raymonde gillet,vinalmont,communauté paroissiale vinalmont

    La photo "officielle" -  Photo album Alphonse Pongo 

     

  • Triste nouvelle : le décès de la Wanzouloise Marie - Rose Maillard

    Nous présentons nos condoléances à toute la famille 

     décès marie-rose maillard

    Marie -Rose, en 1968,  est au premier rang , au centre , entre Robert Guillaume et Camille Lambrechts avec les membres du club des jeunes de Vinalmont

     

    Voici le faire-part de décès :

    Hermalle-sous-Huy

    La famille nous prie de vous annoncer le décès de

    MADAME

    Marie-Rose MAILLARD

     née le vendredi 12 octobre 1945 à Huccorgne et décédée le dimanche 12 mars 2017 à Hermalle-sous-Huy.

    La liturgie des funérailles, suivie de l'inhumation au cimetière de Fumal, sera célébrée ce mercredi 15 mars 2017 à 10 heures 30 en l'église Saint-Martin de Fumal.

    La défunte repose au funérarium GREVESSE, Chaussée Roosevelt 128 à Amay, où les visites sont souhaitées ces lundi et mardi de 16 à 18 heures.

    Levée du corps au funérarium à 9 heures 45.

     

    Cet avis tient lieu de faire-part.

    Maison de funérailles GREVESSE (anc. Doyen)

     

     

    décès marie-rose maillard

     Inauguration du Mackintosh , rue Quique en mai 68: de g. à droite , Marie -Rose Maillard, le bourgmestre Henri Delbrouck, Camile Corbier , Robert Guillaume

  • Plus de 2000 marcheurs à Vinalmont pour la marche Adeps des Spiteux

     Le soleil en invité d'honneur 

      

    promenade adeps spiteux  vinalmont,vinalmont,spiteux,adeps

     

     La marche Adeps s'annonçait mal il y a une semaine :toutes le prévisions météorologiques étaient désastreuses pour le W-E . Seul Léon, le gourou, l'homme des bois, savait qu'il y allait avoir « changement de lune » et annonçait du beau temps. Et en effet ,ce dimanche matin , à l'aube, les oiseaux criaient leur joie, annonciateurs d'une journée radieuse et on pouvait remercier la lune des Mayas et de Léon, Sainte Claire et Saint Jean -Luc.

    Les responsables des Spiteux et leurs copines , Marie -Françoise , Chantal, Michelle, les Bernadette, Sissi, Christiane, et la petite nouvelle Marie Bal devaient revoir leurs prévisions de provisions et s'en allaient réveiller, dès potron-minet, boulanger, boucher et brasseur pour revoir à la hausse leur stock de pâtisserie , saucisses et boissons. Ils travaillent à flux tendus chez les Spiteux.

    promenade adeps spiteux  vinalmont,vinalmont,spiteux,adeps

    François Bauwens avait chevauché dès l'aube son destrier à pédales pour vérifier le fléchage , un fléchage savamment élaboré pour décrire les 4 parcours de marche que Jean -Luc Dethier, le maître des cartes , avait imaginés . Les petits parcours des 5 et 10 kms ne rataient rien de Vinalmont et de Wanzoul  : la ruelle Babelle où les marcheurs pouvaient rencontrer Raiponce et Vaiana , le place de l'église de Vinalmont près de laquelle le tennis était, pour l'occasion, à l'honneur, le fabuleux Pont de Soleil avec sa mare aux grenouilles et ses premières jonquilles sorties tout juste et tout de jaune vêtues pour le grand jour Adeps ; et aussi le château de Wanzoul avec ses fameux jardins anglais dessinés sous la direction de monsieur de Géradon, le propriétaire du château, dans la première moitié du 20ième siècle (jardins ouverts exceptionnellement pour l'occasion ) .

     

    promenade adeps spiteux  vinalmont,vinalmont,spiteux,adeps

    Même pas peur 

     

    Les plus courageux des marcheurs , les pros des Petits Pas Fumalois, des Longs Pieds d'Antheit , de la Savate Alleuroise ou les Épicuriens Nomades d'Andenne (tout un programme) s'étaient élancés sur les 15 et 20 kms avec les joggeurs et joggeuses parées de leurs tenues fluos immaculées et de leurs baskets à semelles rebondissantes et compensées: on est Spiteux ou pas. Ils ont découvert Naxhelet , la place to be , la vallée de la Méhaigne à Moha , les méandres de Huccorgne , la vallée du Roua devenue vallée Carmeuse avant de rejoindre les tours à colombages de l'ex Foyer Culturel , aujourd'hui salle Delbrouck .

     

    10 jeux agrémentaient le parcours : normalement destinés aux enfants mais bien des plus grands se sont pris « au jeu »

     

    Et , en plus de ces 4 parcours classiques , les adeptes de la marche nature ont rencontré et suivi Ludmila . Bien sûr, les crocus et les perce neige ont voulu être de la partie mais Ludmila n'a pas seulement parlé d'arbres et de fleurs ; elle a parlé de géographie, d'histoire, de fées... Elle n'a pas de montre Ludmila ...

     

     « Vous avez vu tout ce monde ». Les habitants des ruelles et de la rue de Wanzoul n'en revenaient pas . Il y avait des gens qui se croisaient dans tous les sens » clamait Françoise . Oui, des marcheurs, il y en avait 2000(le village entier était un parking) . Les organisateurs ont parlé de 1700 puis de 2000, puis ils ne savaient plus; à partir d'un certain moment, on ne compte plus. Mais il y avait de quoi les sustenter, cela oui : les fameux pains saucisses de Didier , Gérard et Léon (cuire plus de 300 saucisses, il faut assurer), les pâtisseries et préparations gastronomiques de l'équipe des dames de la gym et du yoga. Au bar, c'étaient 5 rangées d’assoiffés qu'il fallait contenir. A la manœuvre, Karl, Mr Bertoncello himself, Louis , Geoffroy et leur dream team. Et les chiens avaient même leur bar...Quelle journée ! Bravo aux marcheurs. Merci et longue vie aux Spiteux.  

     

    Retrouvez ces aventures via les galeries photos de Vinalmont.be. Attention : il y a plusieurs pages de photos .Cliquez sur la photo choisie Cliquez sur le second icône sur la bannière au dessus à droite pour voir une photo encore en plus grand

     

     

    Il n'est pas trop tard pour rejoindre une des sections du club des Spiteux qui compte une centaine de membres.

     

    promenade adeps spiteux  vinalmont,vinalmont,spiteux,adeps

  • "Les images d'alors" à Vinalmont : une nouvelle photo et le décryptage des précédentes

     Une nouvelle photo 

    20170213-ecole1992129.jpg

     

    OU sommes nous ?    3 choix : lequel est le BON? 

    - au foyer culturel à Vinalmont , derrière la salle Delbrouck , avant les transformations de l'aire de jeu ?

    - à l'école de Vinalmont avant les aménagements extérieurs ?

    - à la plaine de jeu de Moha lors d'une excursion des élèves de l'école de Vinalmont 

     

    QUAND sommes nous ? 

    Et avec qui ? QUI reconnaissez-vous ? 

     

    La photo présentée le mois dernier : des éléments de réponse 

     

     

    20170213-roua1992132.jpg

     

    Josée Peeters -Macherot nous dit : "Cette photo a été prise lors de la messe du 15 aout au Roua devant la maison de Julienne Grégoire-Masset. Je reconnais Tomas et Léonard Pongo ainsi que leur Maman Edith et derrière Marc Hermant. Cela se passe peut-être en 1990 ou....." Merci Josée pour ta mémoire sans faille. 

    On est en fait en 1992. Comme toutes les années , les habitants du Roua invitent les Vinalmontois autour de la Vierge du Roua installée dans un ancien  four à chaux le 15 août donc.

    Merci à Stéphanie Corbier, Oli et Lionel Denis  pour leur  perspicacité : on voit en effet aussi Margaret et Lucie Hermant (ou c'est Vincianne ?) et à l'arrière l'abbé Marsin et Paul Peeters ...

    Ils nous manque certains acteurs ...

     

    Et quid de la photo proposée par Anaïs Delcourt 

     

    20170218-1992-carnaval-adelcourt (1).jpg

     

    Merci à Anne Martin , Lionel Constant, Vincianne et Lucie Hermant pour leur témoignage

    On reconnait, lors de la fête du carnaval organisé par le club des jeunes avec un char dédicacé à l'école en 1992,  Anne Martin , Laura Verjans (?) , Vincianne Hermant , Lionel Constant, Melle Bertoncello , Mme Levaque,  Kevin Gireaudeau 

    3 autres photos d'Anaïs via le lien ICI

  • Vinalmont : Cassandre Evans et Hadrien Riga se distinguent au championnat de Belgique d'athlétisme

     Cassandre est vice championne de Belgique en longueur, catégorie "scolaire"

     

    cassandre evans,hadrien riga,vinalmont,huy athletic club

    Cassandre Evans à gauche (photo Sven Janssens-merci)

    Cassandre Evans, l'athlète de la rue Mottart Laloi à Vinalmont et membre du Huy Athlétic Club ,  était déjà championne francophone scolaire en longueur, et s'était même offert le titre francophone toutes catégories avec un saut à 5m70.

    Ce dimanche , au Topsporthal Vlaanderen de Gand, elle affrontait le gratin de la Belgique entière et termine sur la seconde marche du podium en longueur  : elle est vice-championne de Belgique scolaires avec un saut impressionnant  de 5m51 . La championne est Eve Willems (Vilvoorde Atletiek Club) avec 5m70. 

    Cassandre s'est aussi alignée sur 200m en fin de journée pour tenter d'approcher son record du club de 26.17 (15e chrono des 30 sélectionnées). Cassandre  terminera finalement son 200m à un fifrelin de son record du club, en 26.45

    cassandre evans,hadrien riga,vinalmont,huy athletic club

    Cassandre ce dimanche 5/3/2017 sur 200 m (photo Stéphane Riga -merci Stéphane) 

    Hadrien Riga fait aussi partie du club hutois (club avec comme trésorier Olivier Comanne et avec, parmi les administrateurs, Stéphane Riga et Marc Evans) . Hadrien  est parti à Gand avec déjà dans sa besace une finale francophone sur 60m haies en janvier, signant là un nouveau record du club de Huy en 9.02; ce  chrono  le placait en 12e position sur la liste des engagés. Il s'alignait aussi en hauteur (11e performance des engagés) avec le but de confirmer  son saut à 1m74 du début de saison.

    cassandre evans,hadrien riga,vinalmont,huy athletic club

    Hadrien en pleine extension (bas noir) (photo Sven Janssens) 

    En hauteur , Hadrien a finalement franchi la barre à 1m65 en hauteur , mais vraiment pas loin d'1m70,  ce qui ne l'empêche pas d'entrer dans le top 10 belge dans cette discipline et dans sa catégorie "scolaires" .

    Pour le 60 m haies, « une belle course d'Hadrien» comme l'a dit son entraîneur Vincent Delcros . Hadrien a réalisé un excellent temps de 9.28 , à 26 centièmes de seconde seulement de son record personnel.

     

    cassandre evans,hadrien riga,vinalmont,huy athletic club

    Hadrien à la hauteur (photo Stéphane Riga) 

     

    Bravo à nos deux athlètes

     

    cassandre evans,hadrien riga,vinalmont,huy athletic club

    Cassandre en plein vol ...plus de 5,50 mètres (photo Sven Janssens) 

  • L'ex Vinalmontois Christophe Delchambre a engrangé victoire et place de finaliste au réputé tournoi de badminton de Huy

    Christophe,  "the" sportif 

     

    1-20170305-badmintonhuy-christophe-200.jpg

    Christophe en pleine action ce WE à Huy  

    Ce WE du 5 mars 2017, lors du tournoi hutois de badminton,  Christophe Delchambre a terminé vainqueur en mixte B1 (avec Angela Castillo) et finaliste du double messieurs B1 (avec Guillaume André) .

    C'est exceptionnel de participer à 2 finales dans un tournoi de cette envergure, un tournoi qui a  rassemblé pas moins de 400 participants .

     « Je me sentais des ailes et était extrêmement relax ce dimanche. C'est cool »  nous dit Christophe.

     Au niveau interclubs, Christophe joue toujours avec son club de Huy. Mais, en plus, il est entraîneur à la Ligue Francophone Belge de Badminton ( (entrainements à Fernelmont) et il est aussi le coach entraîneur pour les clubs de Neufchâteau, Arlon et Marche- en -Famenne

    Arlon, Marche, Neufchâteau... car Christophe a émigré au cœur des Ardennes où il est responsable qualité (auditeur interne ) d'un grand garage BMW. À Arlon.

     

     Christophe le Spiteux

    2-20161230-brigitte-spiteux-041986-fetegymvinalmont-049 - Copie.jpg

     Spectacle des Spiteux 1986 avec Christophe (photo Brigitte Joiret )

     

    Fin des années 80, Christophe Delchambre était déjà une des  vedettes du club sportif des Spiteux à Vinalmont  

     

     Christophe , fan de VTT

     

    3-13498017_10154249853814166_5933389725157647342_o.jpg

    Christophe , Pierre Comanne , Pierre -Fran (sans casque)  et Jean -Chri Lenaerts ( en orange)et leurs amis 

    Outre ses performances en badminton, Christophe reste un grand fan de VTT et de free raid. 

    En 2006 et 2007 déjà,  Christophe est aux Deux-Alpes avec Pierre Comanne et Pierre-François Lenaerts 

    En marge du mondial du VTT, ils avaient participé aux épreuves de free raid et de descentes, passant allègrement d'une altitude de 3200 à une altitude de 700 m : les freins avaient été mis à rude épreuve!!!

    Sa meilleure performance jusqu'à l'heure actuelle dans une épreuve VTT : aux Championnat du Monde vétérans cross country et down hill à Pra-Loup en 2009.

    Une compétition à mettre en exergue en 2014 : un podium dans la station des Gets en juin au terme d' une course d'obstacle et de saut ...de nuit. C'est une discipline qui demande à la fois pas mal d'explosivité et de technique.

    En 2015, en plus de  la saison classique de VTT, Christophe a participé à des descentes vertigineuses au bike park de Tignes et de Val d’Isère ; et ce avec avec toute une équipe de descendeurs fous et notamment Pierre Comane, le copain de toujours (qui était d'ailleurs présent à Huy pour encourager Christophe )

    Cette année, des projets de descente se dessinent déjà pour Christophe vers Les Portes du Soleil et La Clusaz, toujours avec ses amis d'enfance vinalmontois et wanzoulois

     Nostalgie

     

    4-20161230-1981-fêtes-spiteux-affiche113.jpg

    Christophe avec Olivier Comanne (1990)

    Quelle progression depuis la fabuleuse corrida VTT de Wanzoul en 1990, avec une première place à la fois en junior et en « régional » en partenariat avec Olivier Comane. Qualité Village et les Spiteux avaient innové en organisant cette épreuve dans la région après une première « mondiale » avec la présentation des premiers VTT à la fête à Vinalmont  à l'initiative de Karel Geerts (Les VTT étaient pratiquement inconnus à l'époque )

     Christophe n'était pas venu tout seul à Huy

     

    5-20170305-badmintonhuy-christophe-147.jpg

    Kham et Alex à Huy 

    Christophe, qui habite maintenant Ochamps (commune de Libin), était à la salle Omnisport de Huy avec sa compagne Kham  qui a été vice-Championne de Belgique vétérans +35 en double dames . Kham s'alignait à Huy en double mixte avec Eliott Sold et en doubles dames C1 , épreuve dont elle a atteint la demi-finale ce dimanche avec Céline Rossion. Kham Phommaxay, qui est secrétaire du club de badminton de Libin , a aussi un fils plus que prometteur , Alex . Alex jouait lui aussi en simple et en doubles sous les couleurs de son club des Chestrolets (Neufchâteau) . Quelle famille .

    Une grande galerie photos via Vinalmont.be 

    Les résultats via le site du club hutois de badminton

     

     

     

     

  • Les nouveaux panneaux à découvrir chaussée de Tirlemont à Vinalmont

    Le hasard et la nécessité 

    Il y a le panneau qui est tombé là par hasard . "Il ne me restait que celui là chef "

    DSCF3961.JPG

     

    Et il y a le panneau indispensable, nécessaire  : la promenade Adeps à Vinalmont , c'est dimanche prochain . A ne pas manquer

    DSCF3965.JPG

  • "Loin des Yeux près du Coeur" avec la Wanzouloise Isabelle Bruaux en direct du Québec

    Un témoignage captivant , émouvant 

     isabelle bruaux,wanzoul,vinalmont,loindes yeux près du coeur vinalmont

    Je m’appelle Isabelle Bruaux, fille de Francine Philippot et Andrée Bruaux, et soeur de Bénédicte . Nous avons emménagé tous les 4 en 1978, rue de Fumal 6B à Wanzoul. J’avais proche des 2 ans. Mes parents habitent toujours là aujourd’hui.

    J’ai fait mes maternelles et mes primaires à l’école à St-Jean-Berchmans, à Huy, où Mon père enseignait, et mes secondaires juste à côté au collège St-Quirin où ma mère enseignait. Loin de l’école de village, et de ce fait même des enfants du village, j’ai fait partie peu de temps du club de gymnastique les Spiteux et la principale activité sportive de mon enfance a été la natation au club Val Mehaigne à Wanze. J’ai abandonné cette activité à l’adolescence pour l’animation des baladins quelques années aux scouts de St-Quirin. J’ai passé pas mal de temps également au conservatoire de musique de Huy (solfège, guitare, chant d’ensemble, rythmique et expression corporelle). Je pourrai dire que j’avais un emploi du temps pas mal chargé avec tous ces cours…

    Le dimanche était pour la famille. Il y a eu tous ces dimanches matin aux messes de Vinalmont avec l’abbé Marsin, et ses après-messes avec les parents, petite chez Mr Wilmart, un peu plus tard chez les Vanleyssem (jeux de cartes avec Pierre). Adolescente, ce fut un petit coucou chez la famille Tellier, où il était agréable de passer quelques moments. L’enfance à Wanzoul a été également la sollicitation aux portes, pour des causes diverses, que ce soient pour la vente de chocolat ; les modules ou cartes postales pour les îles de paix ou encore les denrées non périssables pour opération arc-en-ciel.

    Ma vie « sociale » à Wanzoul (pour ceux qui m’ont connue, j’étais des plus discrète, vivant davantage dans l’ombre de ma grande soeur) a probablement débuté dans les alentours de la fin des années 80, avec l’initiative de Kim Tellier-Grusenmeyer à relancer le club des jeunes (les Tellier, Anne, Laurent, Bino; les Comanne, Olivier et Pierre; les Geerts, Mathilde et Julie; les Lenaerts, Pierre-François et Jean-Christophe…). D’abord chez Kim, les réunions se sont ensuite redirigées vers un local peint de nos propres mains situé chez Les Comanne. Je n’ai jamais vraiment été une fille de « gang » comme ont dit ici, mais de bons souvenirs me reviennent notamment quant aux soirées d’été ou l’on se rassemblait pour jouer au base-ball sur l’ancien terrain de foot de Vinalmont, le ping-pong dans le local du club des jeunes.

    Je n’étais pas très sportive à l’époque… depuis, je me suis bien rattrapée, avec l’entraînement faisant partie du quotidien. Le club des jeunes, c’était aussi les activités de carnaval pour les enfants du village ou encore les jeux inter-village, la tenue d’une tente au rallye du condroz. Ensuite est venu le temps de l’université, pour une licence en logopédie suivie d’une spécialisation en psychomotricité à l’université catholique de Louvain-La-Neuve.

    isabelle bruaux,wanzoul,vinalmont,loindes yeux près du coeur vinalmont

    C’est au cours d’un stage à l’étranger, faisant partie intégrante de mes études, en 1999, que j’ai découvert le Canada et plus précisément le Québec. Trois mois passés dans un endroit correspondant on ne peut plus au stéréotype de l’image canadienne: l’Abitibi-Témiscamingue. Il s’agit d’une région composée essentiellement de forêts et de lacs où la chasse d’Orignal, animal typique des contrées québécoises, est de vigueur à l’automne. Fiers de leur coup, une fois cet animal tué, les hommes exposent la tête sur le capot de leur « truck ». C’est un peu effrayant les premières fois où l’on voit cette énorme tête décapitée avec sa langue pendante sur le capot d’une auto.

    Je vous avoue que la ville de Québec, et plus spécifiquement Lévis (face à Québec sur la rive sud du fleuve St-Laurent), où je suis actuellement, sont plus « civilisées » et je n’y ai jamais vu telle exposition, mais dans l’arrière pays, c’est chose courante. J’y ai vécu mon premier hiver québécois et aussi ma première expérience en ski doo, quel sentiment de liberté dans un paysage blanc féerique hors de toute civilisation.

    Hiver s’accorde avec tonnes de neige à ne plus pouvoir circuler sur la route et les températures glaciales où le thermomètre peut descendre facilement à des -25/-30 degrés et où le vent fait ressentir encore plus froid. Malgré ces températures, bien couvert, le froid est bien moins mordant que celui de Belgique. Cependant, en dessous de -20, il est vrai que les poils du nez et les oreilles gèlent immédiatement. Toutes les parties du corps se doivent d’être bien couvertes. Que les voitures m’ont fait pitié à ce moment. Heureusement, elles se font brancher pour la nuit.

    Malgré cela, la première intégration dans ce pays m’a valu de vouloir y retourner un jour… J’avais la sensation d’y avoir laissé un petit quelque chose ou de ne pas y avoir vécu tout ce que j’avais à y vivre…

    Mon équipe de travail m’a attendue 3 mois durant lesquelles des bières belges importées étaient là pour m’accueillir. Initialement prévu pour septembre, ce départ a été le 01 décembre 2001. Après de longues démarches administratives avec l’immigration (j’avoue que ce n’est pas rien), j’ai atterri à Montréal seule avec deux valises. Je me souviens de m’être retrouvée à l’aéroport seule sans valise (car elles avaient emprunté un avion suivant) et avoir pleuré pendant un certain temps me demandant ce que je faisais là au milieu de nulle part.

    Voilà avec quoi j’allais débuter l’année ou les deux années suivantes au Canada… et finalement j’y suis toujours !! J’ai atterri au Canada avec un contrat en poche et un poste considérant la pénurie d’orthophonistes (terme utilisée pour logopèdes) au Québec en cette période là (ce qui n’est plus le cas aujourd’hui). Pour une fois dans ma vie, j’ai été à la bonne place au bon moment et ai été la première belge à être recrutée par l’ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec, en mission en Belgique.

    Mon équivalence reconnue, j’ai commencé à travaillé dans un centre de réadaptation en déficience physique auprès de la clientèle enfant 0-18 ans comme orthophoniste. En 2010, j’ai accepté le poste de coordination clinique au sein de la même équipe de travail.

    Depuis ce 1er décembre 2016, cela fait 15 ans que je suis ici. Qui prend mari prend pays ne fait pas partie de mon adage, mais par contre une autre place s’est comblée dans ma vie par l’arrivée d’un adorable petit homme, Mathéo, il y a 5 ans déjà. Il entre à l’école en septembre prochain…Une seule maternelle ici. Tout comme plusieurs repères, je dois m’accorder maintenant à ceux de ce pays… Ce sont les aléas de l’immigration. Pour ma part, je suis immigrante… mais mon petit garçon quant à lui est bien de ce pays… son accent en fait foi ;o).

    Sur ce fait, l’accent, il m’a fallu quelques temps pour me faire l’oreille… et un peu plus pour me faire au vocabulaire et expressions. Encore aujourd’hui, j’en apprends. C’est probablement l’histoire de toute une vie. Et même s’il s’agit de français, c’est un peu une autre langue. Sur ce point d’ailleurs, à plusieurs reprises et encore récemment, je me suis fait dire, par des enfants, que je parle bizarre, quelle langue je parle ? Suis-je la maman de Mathéo et pourquoi ne parle-t-il pas comme moi ? C’est un aspect que je n’ai pas pu transmettre à mon petit homme… Et à bien y penser… qui d’entre nous a un accent ?

    La ville de Québec fait partie de la province de Québec. Il s’agit d’une ville que beaucoup diront très européenne. En tant que touristes, l’accueil est très chaleureux. Quant à la province, elle vous fera découvrir des trésors de la nature. Je la considère comme une source intarissable de trésors pour les amants de la nature, dont je fais partie. Cela se traduit par d’innombrables activités de plein air pour tous âges, tous intérêts… et tous budgets.

    isabelle bruaux,wanzoul,vinalmont,loindes yeux près du coeur vinalmont

    En été, de la marche en sentier à hiking en montagne; de la nage dans les lacs à la ballade en canot; des pistes cyclables sur des milliers de kilomètres, à faire à pieds, en rollier ou encore en vélo; du camping sous tente ou chalet en bois ronds; de l’escalade; de la pêche. Pêche que l’on retrouve également en hiver, ainsi que du patin à glace, de la raquette, du ski alpin ou ski de fond; du traîneau à chien; des parcs de glisse en trippes; du ski Doo. Hiver, comme automne ou été, il y en a pour tous les goûts et les gigantesques espaces s’y prêtent quelle que soit la température…

    Il faut être honnête, les 6 mois de neige du Québec ne sont pas que paysages sublimes, maculés de blancs et source de toutes les activités décrites plus hauts. Vivre l’hiver à Québec, c’est également vivre dans les conditions de neige au quotidien pour sortir de la maison, du stationnement, dans la circulation bien que sur ce point les déneigeuses font de leur mieux et rendent possible les déplacements dans toutes conditions… Pour ceux qui ne bougent pas de l’année, le pelletage devient une activité minimalement hebdomadaire, pour des accumulations sans fin de neige (considérant les températures en dessous de zéro tout l’hiver jour et nuit, les précipitations ne fondent pas, se tassent un peu, mais s’accumulent,… à ne plus savoir quoi en faire, ni où le mettre), pour une moyenne de 3 mètres et plus par hiver. En rédigeant ces lignes, c’est ma réalité !!! Mais bientôt le printemps…

    À la fonte des neige, correspond le réveil des érables et avec lui la saison du sirop d’érable, très populaire par ici. Le sirop d’érable est au Québec, ce que le chocolat est à la Belgique. Croyez moi ou non, je reste 100% belge sur ce point là !!!

    isabelle bruaux,wanzoul,vinalmont,loindes yeux près du coeur vinalmont

    Je fais part ici du Québec état de nature. C’est de cette façon que je l’apprécie particulièrement. L’automne me correspond le mieux et rien que pour cette saison, le déplacement vaut le détour.

    À la question si ce grand saut était à refaire, je réponds que la question pourrait toujours se poser, mais j’aurais fortement regretté de ne pas le tenter. Aucun regret.

    Initialement, j’avais l’intention de sillonner plus d’un pays en lien avec ma profession de logopède, et de probablement revenir en Belgique. Or, je l’ai fait le saut une fois et je pense que je suis maintenant dans un pays qui me correspond davantage. Et non, je ne me sens pas complètement chez moi ici. Mais pour la première fois, lors de mon dernier retour, je ne me sentais plus tout à fait chez moi en Belgique non plus. C’est le côté le plus difficile de l’immigration, n’être pas vraiment chez soi nulle part. J’ai passé 25 ans en Belgique et 15 ans au Québec. (Même après les 15 années dans ce pays, mon don de sang n’est pas accepté ici… ayant vécu en Belgique où la vache folle a sévi ;o)). Mes racines resteront toujours en Belgique, c’est une certitude. Mon tronc est ici et le développement de mes branches reste à voir ? Que réserve l’avenir ?

    Je ne suis pas citoyenne canadienne, je suis résidente permanente. Mon garçon, lui, a la double nationalité étant né d’une mère belge et d’un père québécois. Je pourrais faire les démarches, un jour… Ce sera peut-être une prochaine étape ?

    Le Canada vaut la peine d’être visité. Je pense que découvrir le Québec est l’expérience d’une vie… de ma vie.

    Au plaisir de se rencontrer sur ce continent, dans ce pays qui, indéniablement en cette période, est l’hiver.

    Isabelle

    Merci Isabelle pour ce récit prenant et ces images féériques ou pleines d'amour (bonjour Mathéo)

     

    isabelle bruaux,wanzoul,vinalmont,loindes yeux près du coeur vinalmont