vinalmont

Sa parcelle moissonnée et volée à Vinalmont

 

44463b71-4b14-4f54-a9ec-7ac72578509a_original.jpg

Photo  Vers L'Avenir 

Vers l'Avenir  a interviewé  Frédéric de Jonghe-D’Ardoye,  de Vinalmont, qui , jeudi, a eu la surprise de découvrir sa parcelle déjà moissonnée durant la nuit.

Voir le lien http://www.lavenir.net/cnt/DMF20150731_00682738?_section=61301830&utm_source=lavenir&utm_medium=newsletter&utm_campaign=regio&M_BT=80630490

Quelle ne fut pas la surprise de Frédéric de Jonghe-D’Ardoye jeudi matin! Cet agriculteur de Vinalmont  a, en effet, découvert que sa parcelle de froment d’un hectare avait été moissonnée durant la nuit, le long de la chaussée de Tirlemont.

«Je suis passé devant ma parcelle le mercredi soir vers 23h30 et tout était encore bien là», raconte Frédéric de Jonghe-D’Ardoye. «Et quand je suis revenu pour la moissonner le jeudi matin à 8h, il n’y avait plus rien à moissonner. Tout avait été fait durant la nuit.»

Déjà un vol l’an dernier

Un vol plutôt inédit qui n’arrive pourtant pas pour la première fois à cet agriculteur. «Il y a un an, j’avais semé du maïs et on était également venu me le voler», déplore l’agriculteur. Il avait alors déposé une première plainte auprès du poste de police de Wanze et avait également pris quelques précautions supplémentaires. «J’ai installé un panneau d’interdiction de pénétrer sous peine d’amende et également un appareil photo électronique.»

Aujourd’hui, l’agriculteur a de lourds soupçons sur les présumés voleurs puisque les précautions prises ont fini par payer. «Après le premier vol, ils sont revenus pulvériser ma parcelle et grâce à l’appareil photo, je les ai en photo», précise Frédéric de Jonghe-D’Ardoye. Les photos ont été transmises à la police de la zone Meuse-Hesbaye dans le cadre d’une seconde plainte. Une troisième plainte a aujourd’hui été introduite pour le nouveau vol qui s’est produit cette semaine.

Un préjudice de 2 000€

Frédéric de Jonghe-D’Ardoye, lui, espère maintenant récupérer son préjudice. «Je l’estime à 2000€ pour mes deux cultures volées, sans compter mon temps de travail pour semer et pulvériser.»

Et il souhaite évidemment que les présumés voleurs soient punis. «Pour moi, ce sont des personnes qui se moquent de la justice», insiste F de Jonghe.

L’enquête suit son cours.

Commentaires