vinalmont

Artistes - Page 2

  • L'épouse du Vinalmontois André Colot , Bernadette Mazy , expose à à Huy ce WE

    L'art d'ici et dailleurs à l'Espace Saint Mengold avec Bernadette Mazy. 

     

    1346785217.jpg

    André Colot vous invite à venir à Huy ce We : plus de 25 artistes  exposeront à l'espace Saint Mengold en présence de la saxophoniste Claire Tirtiaux . 

    Les artistes viennent de Russie, Hongrie, Biélorussie, Pays-Bas et Belgique . Parmi eux Bernadette Mazy , l'aquarelliste , l'épouse d'André . 

    Quand 

    samedi 14 octobre  de 11h jusqu'à 19h 

    dimanche  15 octobre : de 11 à 18 h 

    Qui 

    Des peintres , sculpteurs, photographes , spécialistes en miniatures 

    Ou 

    Espace Saint Mengold , Huy derière l'hôtel de Ville ; parking possible au Quadrilatère à 200 mètres 

    Les plus 

    Bar à vin , bar à champagne 

     

    Ici , pour vous mettre l'eau à la bouche ,quelques aquarelles de Bernadette lors d'une expo à Racour 

  • Le photographe de Wanzoul Michel Cleeren expose à Wanze jusqu'au 25 octobre

    Patience 

    michel-cleeren-patience-0-13 (1).jpg

    Vous avez peut être pu voir en TV l'annonce de l'expo "Patience " de Michel Cleeren . Cette exposition est encore ouverte jusqu'au 25 octobre au Centre Culturel de Wanze, place Faniel , du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h à 16h , les dimanches de 13h à 17h. L'entrée est gratuite. 

    Dans son interview à Galerie -photo , Michel explique l'évolution de son travail

    Michel, de quand date ce travail et pourquoi l'avez-vous lancé ?

    C'est un travail commencé il y a 2 ans. L'idée que des éléments organiques se fondent avec mes images et que le temps manifeste visuellement sa présence, m'a interpellé.

    Pourquoi le nom de Patience ?

    La nature prend son temps pour transformer les choses. Être patient, c'est observer les changements qu'elle opère à son rythme, respecter sa lenteur. L'observateur agité ne peut rien déceler. Il faut de la contemplation, du retrait, du respect et surtout, de la solitude. 
    Jean-Claude Lemagny disait: "Toute solitude nous fait séjourner auprès de quelque chose d'essentiel, qui se dissimule, mais qui est là. Le photographe, dans sa solitude, s'approche de ce que les autres n'ont pas su voir, parce qu'ils sont ensemble et divertis".

    Le recours à des moyens plastiques extérieurs, l'altération de la photographie, signifie-t-il que vous pensez désormais que la simple figuration photographique ne peut plus suffire à exprimer ce que vous désirez dire ?

    Le côté lisse, sans aspérité, d'une certaine photographie actuelle ne m'a jamais trop intéressé. La chasse aux pixels, je la laisse aux chasseurs. Dans mes travaux précédents, j'ai beaucoup utilisé le sténopé déjà pour les mêmes raisons. Je pense que dans ce travail, l'altération de la photographie par la nature ne détériore pas l'image, elle l'enrichit. Toutes les prises de vues sont réalisées en argentique, au format 6x7. J'utilise la numérisation uniquement pour le tirage final. Je fais des essais actuellement sur des photographies sans prise de vue, sans photographe. Le papier, la nature, et le temps seulement. Je verrai peut-être... avec un peu de patience…

    L'interview complet ICI 

    Une série de PHOTOS de la série PATIENCE qui sont présentées sur le site de la galerie francaise "Galerie -photo" et sur "Artitude" ICI via Vinalmont.be (rien à voir bien entendu sur écran avec les tirages papier très haute qualité et presqu'...éternels) 

    Sur Vinalmont.be, vous trouverez aussi une petite biographie de Michel Cleeren ICI 

    Sur Vinalmont.be , une recherche sur "Michel Cleeren" vous donnera une rétrospective des  différents événements et expositions photographiques auxquels Michel a participé et dont nous vous avons fait part sur le site Vinalmont.be. CLIQUEZ ICI pour retrouver cette rétrospective

    Michel est aussi  un des membres fondateurs de Roc'N Co (voir ici) et membre de Qualité - Village Vinalmont -Wanzoul -Roua (voir ici), association pour laquelle il avait réalisé une série de cartes postales du village il y a presque 20 ans déjà ...

    Le site et le mail de Michel Cleeren :

    michel.cleeren@teledisnet.be
    www.michelcleeren.com

    Le site de Galerie -photo qui présente donc Michel Cleeren ICI 

     

    michel-cleeren-patience-0-14.jpg

  • Grégoire Dandoy de la rue des Potalles à Vinalmont était aussi aux balades contées à Moha ce WE

    Boris , c'était aussi lui . 

     

     

    21641506_10214346686043602_320372542_n.jpg

     

    IRINA  et BORIS : c'était le titre des balades contées cette année à Moha. Nous avons parlé hier des Wanzoulois : Anatole Francotte et de sa soeur Alexine qui "était" IRINA jeune . Mais qui était BORIS ?  "Un des Boris" , c'était aussi un Vinalmontois. Grégoire Dandoy  est en 5ème secondaire à l'école Sainte-Marie de Huy. Il participe depuis 3 ans aux  ateliers théâtre du Centre Culturel de Huy. Il a 16 ans. Il interprétait le rôle de Boris :ici sur les photos ci-dessus et ci-dessous vendredi soir . 

    21622264_10214346686003601_797456986_n.jpg

    Merci à Jean-Christophe Dandoy pour les photos .

    La galerie des photos des balades contées via Vinalmont.be ICI 

    Enregistrer

  • La Galerie « Carpe Diem » a placé Wanzoul sur la carte du Monde des Arts.

    Réouvrons "virtuellement" cette galerie à l'occasion des  festivités liées aux 120 ans de la naissance de Paul Delvaux 

     

    galerie carpe diem,paul delvaux,expositions peintures et oeuvres d'art wanzoul,fernand jamaigne,géraldine jamaigne,marylène jamaigne,albert bartholomeus,raymond art

    "Carte postale "  envoyée par Paul Delvaux à M. et Mme Jamaigne pour les remercier de leur accueil à la galerie  Carpe Diem à Wanzoul 

     

    La galerie "Carpe Diem" à Wanzoul en 1982: revenons sur cette initiative exceptionnelle datant de 35 ans à l'occasion de l'anniversaire des 120 ans de la naissance de Paul Delvaux : Paul Delvaux,  le voisin d'Antheit , qui a tenu à exposer à Wanzoul à l'âge de 85 ans .

     

    Le rêve de Bartho 

    galerie carpe diem,paul delvaux,expositions peintures et oeuvres d'art wanzoul,fernand jamaigne,géraldine jamaigne,marylène jamaigne,albert bartholomeus,raymond art

     La galerie Carpe Diem en 1982, rue Tapennes (photos albums famille Jamaigne )

     

    Le no 4 de la rue Tapennes à Wanzoul a été longtemps habité par Germain Gérard et sa femme Adolphine, des Wanzoulois pur jus . Germain et son fils Jean ont vendu, en 1978 , leur petite maison, à leur voisin de la "ruelle du dessus" Albert Bartholomeus (voisin de M. et Mme Lenaerts) .

    Albert Bartholomeus , Bartho,  voulait récupérer son panorama , barré par un bois de sapins hauts de vingt mètres. Mais le Bruxellois Albert Bartholomeus avait aussi une autre idée au moment de son achat : il voulait concrétiser un rêve .

    Lui , le juriste , était en effet passionné de peinture d'art et créer une galerie d'art était devenu un objectif au moment de sa pension . Pour Albert, , le bricoleur d'exception  , l'ancienne demeure de Germain et Jean était donc idéale pour aménager spécialement un espace pour ses amis artistes dans un endroit idyllique. .

    La galerie d'art Carpe Diem s'est donc ouverte , à son initiative, le 7 août 1982 à Wanzoul dans ce coin champêtre qu'est la rue Tapennes, dans les ruelles.

    Sa vocation essentielle est double : en premier lieu , aider des artistes -peintres  , graveurs et sculpteurs- à se faire connaître et, en second lieu, permettre au public -averti ou non -d 'apprécier leurs oeuvres dans un cadre enchanteur qui leur serait dédicacé . 

    Albert Bartholomeus est un mécène : il va mettre sa nouvelle maison à la disposition d'artistes gratuitement.

    La maison servira de salle d'exposition mais aussi de logis pour les exposants durant la durée de leur exposition : les artistes pourront ainsi accueillir le public touts les après -midis . De plus , un atelier a été aménagé afin de permettre aux exposants de peindre ; les visiteurs auront ainsi la possibilité de voir une oeuvre se créer « en direct » . La « maison de campagne » , l'artiste qui l'occupe doit s'y sentir comme chez lui : le mois que durera son exposition , il doit le considérer comme un mois de vacances .

     

     

    galerie carpe diem,paul delvaux,expositions peintures et oeuvres d'art wanzoul,fernand jamaigne,géraldine jamaigne,marylène jamaigne,albert bartholomeus,raymond art

    "Jeune fille à la fenêtre" :  Géraldine Jamaigne a vécu intensément la période "galerie " avec ses parents 

     

    Jouis du jour présent

    Les artistes ne paient rien , ; aucun pourcentage n'est déduit de leurs ventes d'oeuvres d'art . C'est pourquoi Mme Bartholomeus, Jeannot Demeulemeester, a baptisé la galerie « Carpe diem » :"Jouis du jour présent ".

    C'est cette même Jeannot Demeulemeester qui sera la secrétaire -trésorière de l'asbl, « Carpe Diem » tandis que son époux en sera le président . La voisine de la rue Tapennes , l'amie, Mme Marylène Jamaigne , sera chargée des relations publiques, un rôle qu'elle assumera elle aussi avec enthousiasme .

    Une équipe de passionnés donc est au service de l'art et des artistes .

    Les premiers artistes qui vont exposer à la galerie rencontreront un succès inattendu. Et pour les citadins visiteurs, arriver « chez » Carpe Diem, c'était toute une expédition, une expédition  « à la campagne » : comment trouver la rue Tapennes , comment circuler et ne pas s'embourber dans les « roualettes » de Wanzoul . Le lieu , s'il ne se prêtait guère au transport automobile était , par contre , magique pour y organiser des expositions.

    Les premiers exposants , ce furent Jean-Pierre Gilmart (du 7 au 31 août 1982) et bien sûr Raymond Art (du 4 au 30 septembre 1982) . Raymond  Art est en effet le conseiller artistique au niveau de la galerie Carpe Diem. Né à Ostende , Raymond Art  est un peintre abstrait , autodidacte et ami de Paul Delvaux .

    Paul Delvaux en visite presque chez lui 

    galerie carpe diem,paul delvaux,expositions peintures et oeuvres d'art wanzoul,fernand jamaigne,géraldine jamaigne,marylène jamaigne,albert bartholomeus,raymond art

    Avant son départ de Wanzoul , Paul Delvaux a reçu des gaufres faites maison de Mme Jamaigne 

    Paul Delvaux viendra donc à Wanzoul une première fois le 11 septembre 1982 pour admirer l'exposition de son élève Raymond Art et pour rencontrer les promoteurs de la galerie . Paul Delvaux enverra à M et Mme Jamaigne , pour les remercier de leur accueil et leur dire tout le bien qu'il pensait de ...leurs gaufres , une carte postale reproduisant une de ses oeuvres illustrant le vicinal qui passait par Vinalmont et bien sûr par Antheit , son lieu de naissance .

    Tout comme Paul Delvaux , les visiteurs sont sous le charme : dans ce nid d'artistes , le visiteur devient l'invité, l'oeuvre devient le décor naturel et l'artiste devient l'hôte .

    Se succéderont ensuite à la galerie le groupe des professeurs de Saint -Luc à Liège, les peintres graveurs Jean Dechene, Pierre Deuse , Guy Horenbach et Jean Rocour (octobre 1982), puis le dessinateur Christian Otte (novembre 1982) , puis encore un autre groupe de graveurs en avril 1983 avec Brigitte Closset, Dominique Fléron, Jean-Louis Herten, Josée Strée et Willy Welter.

     

    L'expo du grand maître à Wanzoul 

    galerie carpe diem,paul delvaux,expositions peintures et oeuvres d'art wanzoul,fernand jamaigne,géraldine jamaigne,marylène jamaigne,albert bartholomeus,raymond art

    Deuxième visite de Delvaux à Wanzoul : cette fois , en 1983,  il expose . Ici avec Jeannot Demeulemeester , la secrétaire de la galerie "Carpe Diem " et avec le voisin photographe , le glacier réputé , Fernand Jamaigne 

    Mais bien sûr , la grande expo , ce sera celle de Paul Delvaux du 8 au 31 mai 1983. Paul Delvaux  revient à la galerie pour la seconde fois, cette fois avec sa propre production toute récente, essentiellement des gravures, des eaux fortes, des lithos , des dessins.

    Paul Delvaux expose en fait, pour la première fois , dans son pays natal , près d'Antheit et de Huy . La galerie Carpe Diem est en effet à un kilomètre environ de la maison natale de Paul Delvaux à Antheit . Paul Delvaux est donc né à Antheit , on le sait .

    Il est le fils d'un avocat établi à Bruxelles . Pourtant , sa mère Laure Jamotte se rend à Antheit  le 23 septembre 1897 pour la naissance du petit Paul: conformément à la tradition, elle tenait à accoucher dans la maison familiale;  c'est là qu'elle rejoint sa propre mère Agnès Boxus et son père François Jamotte . 

    Pour Paul , ce pays- ci est celui de sa naissance mais  surtout de ses vacances scolaires passées , jusqu'à l'âge de 18 ans, chez son grand père paternel meunier  à Wanze , et chez les parents de sa mère , native d'Antheit , nous l'avons dit . Ce pays ci est le pays de la liberté après les classes sévères de gréco-latines à Bruxelles , le pays de la joie et qui lui est chaleureux . Antheit et sa région , pour lui, étaient synonyme de bonheur, de douceur. 

    Il y est donc revenu portant ses 85 ans avec cette jeunesse qui lui gardait la passion de peindre . L'ample veste de tricot sur la chemise large ouverte -tout était ample en lui , la stature , le visage, le front, l'immensité de son univers et de son angle de vision – le velours du pantalon tombant sur la chaussure robuste . Paul Delvaux gardait le teint fleuri et l'oeil couleur de Mer du Nord en ses jours de soleil .

    Embouteillage dans les ruelles 

    galerie carpe diem,paul delvaux,expositions peintures et oeuvres d'art wanzoul,fernand jamaigne,géraldine jamaigne,marylène jamaigne,albert bartholomeus,raymond art

    Les oeuvres de  Paul Delvaux dans les années 80: "Les figurines féminines y étaient comme une rémission de tendresse et de douceur" 

    A Wanzoul , Paul est donc de retour  dans « son coin » , bien droit ,le regard rêveur , la voix empreinte de douceur, Delvaux tel que lui même, .

    L'oeuvre de Delvaux sera donc pleine de souvenirs, de réminiscences intimes : souvenirs de lampes et de quinquets , de trains de banlieue et de tramway vicinaux , les uns et le autres proches des maisons , des gens , des souvenirs de robes , de chapeaux , de carrelages , de meubles .

    « Je ne reconnais plus rien de Huy »   dit Paul Delvaux l'air navré lors de sa visite à Wanzoul . L'artiste ne s'insurge pas . Lui , l'artiste crée un monde , offre une vision . Il ne juge pas . Il y a des politiques qui ne laissent que des villes déchirées ou ne consacrent que de dérisoires efforts à les cicatriser . Les ruines sont leurs monuments . Tant pis . Le monde évolue .

    Un grand moment vraiment pour les mécènes de la galerie Carpe Diem , cette expo « Delvaux » . Le plus grand peintre belge contemporain attirera chaque jour à Wanzoul plusieurs centaines de visiteurs . Ils admireront donc des gravures de Paul Delvaux : certaines étaient anciennes , mais beaucoup très récentes et peu connues , notamment celles produites de 1980 à 1983. Les figurines féminines y étaient comme une rémission de tendresse et de douceur . Elles exprimaient une fraîcheur et une ingénuité très étrangère à la froideur marmoréenne devenue légendaire .

     

    Suite et  fin d'une grande et belle aventure avec des artistes de talent 

    galerie carpe diem,paul delvaux,expositions peintures et oeuvres d'art wanzoul,fernand jamaigne,géraldine jamaigne,marylène jamaigne,albert bartholomeus,raymond art

    Une oeuvre d'André Goezu qui exposera à Wanzoul à la fois avec le collectif Graphica Belgica en 1983 et à titre personnel en 1985

    Après Paul Delvaux , Carpe Diem accueillera , l'aquarelliste Daniel Roberti (en juin 1983) , le peintre non figuratif Roger Potier en août 1983 , Luc Peire, peintre et graveur abstrait (septembre 1983) et le peintre sculpteur Jean Lequeu .

    En mars 1984, la galerie reçoit le groupe Graphica Belgica , groupe de graveurs belges établis à Paris avec notamment ANDAL, Jean BROISSON, André GOEZU, CHEMAY, Luce CLEEREN, Raoul UBAC , Pol BURY, FRANCK, HOENRAET, PEIRE, REINHOUD.

    Puis, ce sera Joze CIUHA, peintre yougoslave de réputation mondiale( avril 1984) , Jean -Marie WINANTS, peintre fantastique, Jacques DUBOIS (mai 84), sculpteur , Gaston BOGAERT, le peintre surréaliste (juin 84), Raymond ART et ses toutes dernières œuvres (septembre 84). En octobre 1984, c'est Guy HORENBACH qui expose de nouveau et en novembre 84, c'est le tour de Francis OLIN

    La saison 1985, la 4ième et dernière saison (dernière pour raisons de santé) , sera celle des néerlandais Jan VERSCHOOR, Sonja DWINGER et de Henk ERKELENS, de Roger DUDANT (en juin), André GOEZU de nouveau (en juillet), Jean DECHENE (en août) , Yvon ADAM et Louise DENOËL – ADAM en septembre.

     

    galerie carpe diem,paul delvaux,expositions peintures et oeuvres d'art wanzoul,fernand jamaigne,géraldine jamaigne,marylène jamaigne,albert bartholomeus,raymond art

    Marylène Jamaigne était chargée des relations publiques au niveau de la galerie Carpe Diem

     

    Merci 

    Une bien belle initiative d'une équipe d'amis passionnés qui a mis les ruelles de Wanzoul sur la carte du monde des arts. Merci à eux .

    Merci aussi à Géraldine Jamaigne , Géraldine la Wanzouloise qui, de 15 à 18 ans ,  a vécu intensément cette période de la galerie Carpe Diem , participant à toutes les expositions . Tous les artistes ne manquaient pas de lui dédicacer ainsi qu'à sa soeur Ines et à ses parents , un dessin , une oeuvre ou de lui écrire un petit mot .

    Géraldine se souvient avec un peu de nostalgie des soirées souvent épiques avec les artistes qui , habitant un mois la petite maison transformée en atelier durant la durée de leur expo à Wanzoul , partageaient leur temps libre avec leurs amis voisins  .

    C'est Géraldine qui nous a gentiment ouvert les pages de ses albums de famille avec les photos et documents artistement assemblés par sa maman Marylène, chargée, comme nous l'avons dit, des "relations publiques" de la galerie Carpe Diem .

     

    galerie carpe diem,paul delvaux,expositions peintures et oeuvres d'art wanzoul,fernand jamaigne,géraldine jamaigne,marylène jamaigne,albert bartholomeus,raymond art

    Jean Dechene , un artiste habitué de la galerie, ici  avec Ines Jamaigne

    La galerie photos  

    Certains de ces clichés  sont présentés dans l' "album photos"  ICI (il ya deux pages de photos -95 photos ) . Ils sont dus -pour la plupart- à Fernand Jamaigne, le papa de Géraldine et Ines, photographe attitré de la galerie . Fernand, le glacier plus que réputé dans la toute la région, a été un monument du village , Fernand auquel on doit les gâteaux d'anniversaire de bon nombre d' enfants de Vinalmont  pendant plusieurs dizaines d'années , Fernand dont l'humour  dévastateur , parfois un rien caustique , faisait fondre, non sa glace,  mais toute trace de tristesse chez  ses clients et amis . 

    Les photos sont numérotées : le no est visible en cliquant sur une des photos de la galerie . NB : Pour agrandir une photo donnée au maximum: cliquez sur une photo de la galerie et cliquez sur la SECONDE icône de la petite bannière au dessus à droite.  

    La photo 1 montre la galerie Carpe Diem rue Tapennes en 1982. Sur les photos 2 et 3, on voit  Raymond Art et une de ses oeuvres . La photo 4, "Jeune fille à la fenêtre " , c'est Géraldine Jamaigne , une prise de vue tout en douceur de son  papa Fernand. Les photos 5 à 18 retracent la 1 ière visite de Paul Delvaux à la galerie wanzouloise : sur la photo 5, on reconnait  le peintre d'Antheit avec son épouse sur le banc à droite ; et aussi, sur la même photo,  tout à gauche Raymond Art et, devant la porte grande ouverte,  Albert Bartholomeus .

    Sur la photo 7, Jeanine Art converse avec le peintre , tandis que sur les clichés  12 et 13, on voit Marylène Jamaigne offrir des gaufres maison à Paul Delvaux . Sur la photo 15,  le peintre salue "Bartho" (Albert Bartholomeus) et son épouse Jeannot Demeulemeester avant son départ . Sur le cliché 16, c'est Fernand Jamaigne qui est en compagnie de P. Delvaux. Le tram local est le sujet de l'oeuvre de Delvaux présentée sur la photo 17 tandis que la photo 18 est celle de la maison familiale du peintre.

     

    galerie carpe diem,paul delvaux,expositions peintures et oeuvres d'art wanzoul,fernand jamaigne,géraldine jamaigne,marylène jamaigne,albert bartholomeus,raymond art

    La galerie Carpe Diem : toute une ambiance ...souvent festive , ici avec le dessinateur Christian Otte, debout  

    Les peintres graveurs Jean Dechene , Pierre Deuse , Guy Horenbach et Jean Rocour apparaissent sur les clichés 19 à 24 datant d'octobre  1982.  Sur les photos 25, 26, 27 et 30 c'est le dessinateur Christian Otte qui est mis à l'honneur par le photographe maison. Marylène Jamaigne regarde par la fenêtre de la photo 29. Gros plans bien réussis de Fernand Jamaigne et de sa grande fille Géraldine :ce sont les  photos 32 et 33. Nous sommes , avec la photo 35, en avril 1983, avec les graveurs Jean -Louis Herten et Willy Welter en compagnie de Raymond Art au centre.

    En mai de cette même année 83, c'est la fabuleuse expo Delvaux: les photos 36 à 61 retracent la visite du peintre. On aperçoit notamment Paul Delvaux avec Monsieur  Barballe lui aussi figure bien connue d'Antheit (photo 42), avec Raymond Art (photo 44), avec Fernand Jamaigne (photo 45). Son départ de Wanzoul est immortalisé par les photos 60 et 61.

    En clichés 62 et 63, ce sont  la photo et une des oeuvres de l'aquarelliste Daniel Roberti . Puis ce sont les photos 64 et 65 avec Roger Potier , le peintre non figuratif (sur la photo 65 , on reconnait l'abbé Quiriny ). 66, 67 et 68, ce sont trois photos liées au passage de Luc Peire à Wanzoul . En avril 1984, Joze Ciuha expose à la galerie Carpe Diem: photos 70, 71 et 72 . Présentation en duo via les photos 73 et 74 de Winants et Dubois , un peintre et un sculpteur bien connus . Par la suite , passeront par Wanzoul Gaston Bogaert (photos  75 et 76 ) , Francis Olin (clichés 78 et 79 ) et sous l'oeil vigilant de Bartho (photo 80) un collectif d'artistes hollandais (leurs oeuvres parmi les photos 81 à 85).

    La saison 85 se termine avec Roger Dudant (photo 86) , André Goezu (photos 87 à 89) , Jean Dechene qui est revenu en août (photos 92 et 93 avec Ines Jamaigne).

    L'aventure Carpe Diem se clôture aussi en 85 avec Géraldine Jamaigne (photo 90) , Marylène Jamaigne (cliché 91), Paul Delvaux ( photo 94), Jeanine Art (photo 95) et Jean Gérard le "régional de l'étape"  (photo 96)

     

    galerie carpe diem,paul delvaux,expositions peintures et oeuvres d'art wanzoul,fernand jamaigne,géraldine jamaigne,marylène jamaigne,albert bartholomeus,raymond art

    Le sculpteur Jean Dubois et le peintre fantastique Jean-Marie Winants ont exposé ensemble à Wanzoul en 1984

     

    Sources

    - « Art Info», le trimestriel édité pendant 4 ans (1982-1985) par l'équipe de Carpe Diem d'Albert Bartholomeus avec Marylène Jamaigne , Jeannot Demeulemeester, Raymond Art.

    -Les articles des journaux notamment « L'Avenir »(Jacques Henrard) , « La Meuse » (Willy Lesur, M. Pycke), « Le Peuple » (Gaston Bunnens), « Le Soir » , « La Libre Belgique » (Chr. Charpentier), La Wallonie ( Jacques Parisse), 1982-1985 .

    - Albert Bartholomeus dans « Revue Qualité Village» , 1992 : « La rue Tapennes se souvient ... Il y a dix ans s'ouvrait la galerie Carpe Diem» 

    - les fabuleux albums de Marylène Jamaigne (il y a 95 photos réparties en deux pages)

     

    Paul Delvaux : l'expo et les manifestations organisées à Wanze 

    2017, c'est donc l' année du 120 ième anniversaire de la naissance de Paul Delvaux .En collaboration avec la fondation Paul Delvaux , la commune de Wanze et son centre culturel organiseront à cette occasion une grande exposition Paul Delvaux ( gravures et peintures ). Est aussi prévu un parcours thématique  dans la commune à partir de la maison communale . 

    L'exposition  se tiendra à l'administration communale de Wanze , chaussée de Wavre , 39 , du 23 septembre  au 20 décembre 2017, tous les jours sauf le lundi . 

    Info détaillées via Wanze.be et le site du Centre Culturel de Wanze 

     

     

    galerie carpe diem,paul delvaux,expositions peintures et oeuvres d'art wanzoul,fernand jamaigne,géraldine jamaigne,marylène jamaigne,albert bartholomeus,raymond art

     La jeune Géraldine Jamaigne aimait le monde des artistes 

     

     

     

     

  • L'amour de l' Afrique , l'amour de l'art : ces deux amours étaient réunis à Wanzoul ces samedi et dimanche

     Merci à Nicole et Jean – Marie Vandenabeele de nous faire partager leur passion

     

    201700617-vandenabeeleafrique-lr -8.jpg

    Adama Gandema , l'artiste du Burkina Faso

    Nicole et Jean-Marie Vandenabeele sont des amoureux de l'Afrique . Ils ont fait découvrir ce continent à Wanzoul ce WE en invitant des artistes qui partagent cette passion pour l'Afrique .

    On a rencontré ces passionnés dans le grand jardin de Nicole à Wanzoul , un jardin devenu une salle d'exposition à ciel ouvert , où les sculptures trouvent subtilement leur place , où l'Afrique s'impose tout en douceur , avec finesse dans la nature wanzouloise . Deux africains de l'ethnie Massaï courent sur le mur d'enceinte de chez Nicole , de jeunes femmes du Burkina puisent l'eau dans son jardin .

    Au fonds de la propriété de la famille Vandenabeele , c'est Adama Gandema , le bronzier du Burkina Faso , qui est à la manœuvre . Il faudra bien toute la journée pour qu'il crée trois nouvelles œuvres . Chaque pièce est unique . Adama explique le lent processus avec enthousiasme

    « Le modèle à produire est façonné en cire puis recouvert d'argile mélangé à du crottin de cheval (le moule). Pendant la cuisson, la cire fond et s'échappe par des trous (« évents ») qu'on a aménagés dans le moule. Le métal en fusion est alors versé dans le moule où il occupe la place laissée libre par la cire. Après refroidissement, on casse le moule (pièce unique) pour extraire l'objet fondu. On ne peut donc couler qu'un seul exemplaire de chaque modèle avec cette technique.

    L'objet démoulé peut alors être repris pour le limer, le marteler, le recuire si nécessaire. Ensuite, on peut décorer l'objet en le gravant, le ciselant ou l'émaillant. 

    Quant à la patine (couleur), elle est donnée par un travail important à partir d’acides et de bases qui servent d’oxydant aux différents métaux qui entrent dans la composition de l’alliage bronze.

    Les bronzes sont, pour la plupart, composés de plus de 60 % de cuivre (qui peut aller jusqu'à avoisiner les 95 %1) et d'une proportion variable, non seulement d'étain, mais aussi d'aluminium, de plomb, de béryllium, de manganèse et de tungstène, ainsi qu'accessoirement de silicium et de phosphore, mais pas de zinc en quantité notable (ne pas confondre avec le laiton, dont le terme anglais brass est souvent traduit par bronze). »

    La galerie photos ICI (il y a plusieurs pages de photos ; cliquez sur le second icône sur la bannière au dessus à droite pour voir l'image en plus grand ) vous montrera la cire et les modèles  en cire , le moule, le four , des objets non décorés et enfin des oeuvres terminées .

    Pour Adama , c'est la première rencontre avec la Belgique , mais pas avec Nicole et Jean -Marie avec lesquels il collabore depuis longtemps déjà . Adama n'a que 39 ans mais il a déjà une fameuse expérience et une renommée qui lui ont permis d'une part d'être invité à animer de multiples stages de travail du bronze en France et aux Pays-Bas et ce depuis 2004, d'autre part d'exposer partout notamment au Sénégal où il est très connu .

    201700617-vandenabeeleafrique-lr -10.jpg

    Modèles en cire , moules et oeuvres terminées : un long cycle

    Les sculptures d'Adama, vous pourrez toujours en découvrir par l'entremise de Nicole et Jean -Marie Vandenabeele (coordonnées en fin de note ) . Au Burkina (il habite à Ouagadougou au centre du pays ) , Adama travaille avec une équipe de 6 personnes

    Le four au gaz utilisé à Wanzoul par Adama , c'est le four d'une artiste de chez nous , Christine Renard , elle même créatrice de bijoux en bronze , chez elle, à Poulseur .

    A Poulseur , elle n'y est pas vraiment souvent, souvent . Elle ne rate aucune occasion de se rendre en Afrique où se situent tous ses amours : les pierres précieuses , les volcans , le désert et bien sûr le travail artisanal des métaux (bronze et argent via la cire coulée ). Ces techniques de fabrication de bijoux notamment , elle les a apprises dès 1993 au Burkina Faso. Christine crée donc, à partir de cette technique, de magnifiques bijoux .

    Christine , c'est aussi donc une passionnée du Maroc, du Mali ou de l'Ethiopie, pays où elle trouve l'inspiration quand elle peint des  aquarelles représentant les paysages désertiques , sulfureux , plein de couleurs et de mouvements du Danakil : le lac de lave bouillonnant de l’Erta Ale est un phénomène rare ; le spectacle qu’offre le volcan Dallol est lui tout simplement unique : cristallisations multicolores, mares d’acides vert fluo, geysers jaunes ou encore noirs se forment à la saison sèche et disparaîtrons à la saison des pluies. Lac de lave et volcan font rêvé Christine et ne sont sans doute pas pour rien pour son intérêt pour les mystères des fours de fusion .

    Ses carnets de voyage au Danakil et dans les pays africains sont de véritables petits chefs d'oeuvre dont deux ont déjà été édités (voir exemples de dessins dans la galerie photos )

    201700617-vandenabeeleafrique-lr -4.jpg

    Christine Renard , peintre et sculpteur 

    N'hésitez pas à visiter son site qui rend compte de son très beau travail de peintre , dessinatrice et sculpteur : www.christine-renard.eu

     

    Catherine VERSCHURE  , c'est un talent en devenir . Si son métier , c'est la pharmacie (à Statte ) , sa passion , c'est la sculpture en terre cuite (argile ), une technique dans laquellle elle excelle , une pratique , une drogue (dirait la pharmacienne) qui lui permet de s'évader . Elève de Patricia Coenaerts à Corroy-le-Grand , Catherine expose à Wanzoul des sculptures d'inspiration africaine . Mais ce n'est pas le seul thème qui inspire l'Antheitoise dont les expos , que ce soit à Statte ou lors des  « Parcours d'artistes »  à Corroy, ont convaincu tout le monde. Catherine a une page facebook . Voyez aussi ses sculptures au sein de la galerie des photos ICI . (il y a plusieurs pages ; cliquez sur la seconde icône dans la bannière au dessus à droite pour voir l'image en plus grand )

     201700617-vandenabeeleafrique-lr -65.jpg

    Catherine Verschure présente  ses sculptures 

    Mais , surprise , il y avait encore une créatrice  : Nicole elle-même, qui présentait notamment de somptueux bijoux ethniques . Ceux ci côtoyaient le bel artisanat , tout en couleur , réalisé par différentes coopératives de femmes du Kenya et du Rwanda. (voir aussi plus de photos via la galerie photos )

    Un pourcentage des bénéfice des ventes du W-E sera versé à l'association APECOS RWANDA qui s'occupe d'enfants orphelins du sida au RWANDA. Nicole et Jean-Marie Vandenabeele sont partenaires de cette association

    Celle ci était bien représentée à Wanzoul samedi et dimanche avec notamment sa responsable Véronique Coomans de Brachène qui présentait confitures et tartes (rien que les photos de la galerie photos vous mettent l'eau à la bouche . Un délice ). Pour en savoir plus sur Apecos et savoir comment participer à l'action Rwanda, consulter le site www.apecosrwanda.be . Les coordonnées de Véronique : tél 02 567 17 38 GSM : 0493 17 00 89 mail : verocoomans@gmail.com

    201700617-vandenabeeleafrique-lr -95.jpg

    Nicole Vandenabeele et ses amies 

     

    Pour prendre contact avec Jean-Marie et Nicole VANDENABEELE:

    Adresse: 63, rue de Wanzoul  B-4520 WANZE (VINALMONT)

    TEL : 0496/35 23 83 ou 0479/92 08 23

    ambre.ethnic@gmail.com

     

     

  • Un artiste bronzier du Burkina Faso sera chez Nicole et Jean-Marie Vandenabeele à Wanzoul ce prochain We

     Week-end découverte spécial Afrique donc à Wanzoul ces 17 et 18 juin 

     

    nicole et jean -marie vandenabeele,adama gandema,bronzier burkina faso gandema,wanzoul expo afrique ; ambre ethnic

    Après 12 ans d’aventures au coeur du continent africain, Jean-Marie et Nicole Vandenabeele sont  revenus vers leurs  racines , en Belgique , à Wanzoul, il y maintenant presque 3 ans

    Mais l'appel d l'Afrique est très fort : ils repartent périodiquement pour quelques mois au Kenya ou au Rwanda , le pays de leur coeur (où la famille de leur fille Marie est installée ). Récemment , il sont aussi allés au Burkina Faso retrouver leur ami Adama Gandema , un artiste bronzier de talent .

    Ils ont invité Adama à venir à ...Wanzoul présenter ses sculptures , des bronzes à la cire perdue. Nicole et Jean -Marie ont même préparé un atelier au fond de leur jardin pour que le sculpteur du Burkina réalise , à Wanzoul , sur place , une sculpture à la cire « perdue » donc.

    La technique "à la cire perdue" a été inventée par les Gaulois. Le modèle à reproduire est façonné en cire puis recouvert d'argile (le moule). Pendant la cuisson, la cire fond et s'échappe par des trous (évents) qu'on a aménagés. Le métal en fusion est alors versé dans le moule d'argile où il occupe la place laissée libre par la cire.

    Après refroidissement, on casse le moule d'argile pour extraire l'objet fondu. On ne peut donc couler qu'un seul exemplaire de chaque modèle avec cette technique. L'objet démoulé peut alors être repris pour le limer, le marteler, le recuire si nécessaire. Ensuite, on peut décorer l'objet en le gravant, le ciselant ou l'émaillant.

    Vous êtes donc invités à venir à Wanzoul voir l'artiste au travail et par la même occasion admirer l'ensemble de ses oeuvres. Ce sera les samedi et dimanche 17 et 18 juin 2015 de 10h à 20h. 

    Nicole et Jean -Marie ont aussi ramené de fantastiques souvenirs de leurs séjours en Afrique ! Chacun d'eux porte en lui une histoire, un artiste, une musique, une parole..Ils seront exposés dans leur maison -musée .Vous pourez notamment découvrir le bel artisanat , tout en couleur , réalisé par différentes coopératives de femmes du Kenya et du Rwanda.(voir la galerie photos de 2015 ICI avec les oeuvres de différents artistes africains dont Adama Gandema)

     

    Nicole et Jean -Marie Vandenabeele ont aussi ouvert leurs portes, pour l'occasion, à des artistes de la région

    -Christine RENARD de Liège qui crée des bijoux en bronze   www.christine-renard.eu

    -et Catherine VERSCHURE , la pharmacienne de Statte , spécialiste de sculpture en terre cuite (argile )

    Vous découvrirez aussi les bijoux ethniques créés par ...Nicole elle-même .

    Une petite faim , une petite soif , tout est prévu  avec un bar et un espace restauration 

    Un pourcentage de la vente sera versé à l'association APECOS qui s'occupe d'enfants orphelins du sida au RWANDA.

    Soyez les bienvenus avec vos amis.

     

    QUAND

    Les 17 et 18 juin de 10 à 20h

     

    OU

    Chez Jean-Marie et Nicole VANDENABEELE 63, rue de Wanzoul

    B-4520 WANZE (VINALMONT)

     Accès

    Cliquez sur l'adresse pour voir la carte d'accès:

    Rue de Wanzoul, 63 4520 Vinalmont

     

    CONTACT

    TEL : 0496/35 23 83 ou 0479/92 08 23

    ambre.ethnic@gmail.com

     

    N'hésitez pas à transférer l'invitation à vos amis et connaissances

     

     

    nicole et jean -marie vandenabeele,adama gandema,bronzier burkina faso gandema,wanzoul expo afrique ; ambre ethnic

     

  • Les nouvelles sculptures en pierre de taille de Vinalmont et de Wanzoul viennent d'être installées

    Les 3 grâces de calcaire

     

    sculptures pierre de taille roua vinalmont,wanzoul,qualité village vinalmont,adrien panier,mathurin van den bogaerde,léon  kockelmans,michel dethier wanzoul,roua daniel goffin,dialogue sculpture

    Mise en place de la sculpture d'Adrien Panier dans la bonne humeur rue Doyards 

     

    Ding , ding , ding , les coups de maillet sur les burins résonnent dans tout le Roua et même jusqu'à Wanzoul...Le Roua , Wanzoul sont pays de carriers . Plus de 200 ouvriers  travaillaient dans les expoitations du Roua au début des années 1900...

    Actuellement , l'activité du travail de la pierre de taille existe toujours au Roua mais à une échelle réduite, au niveau de la Carrière de Vinalmont

    Qualité -Village Vinalmont -Wanzoul -Roua souhaite préserver le souvenir de cette activité d'artiste de la pierre et mettre en valeur la qualité de la pierre calcaire du Roua , cette pierre qui a servi à construire bon nombre de maisons du village mais aussi des bâtiments plus importants comme la gare centrale d'Anvers , le Palais du Congrès - L'Albertine - à Bruxelles, ou encore le palais des Congrès à Liège. 

    Une première sculpture due à Vincent Rousseau ,baptisée "Dialogue", a été installée au Roua en 2011 déjà . 

    Le projet, qui vient d'aboutir avec la mise en en place de deux nouvelles sculptures, concerne deux oeuvres dues à de jeunes sculpteurs qui ont réalisé leurs études à l'ESA St Luc  à Liège . Leurs sculptures ont été installées l'une à Wanzoul  et l'autre à Vinalmont . La matière brute vient bien sûr du Roua , de la carrière de Vinalmont.

    sculptures pierre de taille roua vinalmont,wanzoul,qualité village vinalmont,adrien panier,mathurin van den bogaerde,léon  kockelmans,michel dethier wanzoul,roua daniel goffin,dialogue sculpture

    La sculpture de Mathurin Van Den Bogaerde , devant la chapelle de Wanzou

    La première oeuvre, qui peut être vue près de la chapelle de Wanzoul et qui est due à Mathurin Van Den Bogaerde,  rappelle les tours de refroidissement de la centrale dont l'on voit le panache au centre de la vallée,  à partir de Vinalmont comme à partir de Wanzoul (voir notre note précédente ICI)

    La deuxième sculpture, celle d'Adrien Panier, est moins figurative: elle joue avec les ombres et les lumières qui évoluent tout au long de la journée au gré du vent , du soleil avec une vue sur la vallée: elle a donc bien trouvé sa place sur l'accotement de la rue des Doyards à Vinalmont chez Paulette Joiret près de chez M. Princen  en face de la propriété de M. et Mme Davagle-Pirard et de M. Pierre Omalsky , le gardien des lieux.

    sculptures pierre de taille roua vinalmont,wanzoul,qualité village vinalmont,adrien panier,mathurin van den bogaerde,léon  kockelmans,michel dethier wanzoul,roua daniel goffin,dialogue sculpture

    La sculpture d'Adrien Panier installée rue des Doyards 

    Les 2 sculptures ont été choisies , vous vous en rappelez , parmi 11 propositions d'artistes sur base des votes des Vinalmontois ,et de l'avis d'un jury d'experts composé du sculpteur Franco D’Anna de Moha , du photographe Jacky Lecouturier, du sculpteur Vincent Dubois coordinateur de « L’Atelier » du village de Les Avins et des professeurs de St Luc Liège .Les thèmes étaient pour Wanzoul " Pierre et campagne" et pour Vinalmont "Vignoble, vallée, vent, tram".

    Eh bien , les choix des experts étaient en concordance avec les votes des villageois !

     

    Félicitations aux sculpteurs , merci à M. Halleux, professeur à la section sculpture de Saint Luc Liège , à Mme Bénédicte Lovinfosse de "Qualité Village Wallonie" , aux « chefs de projet » de "Qualité Village Vinalmont -Wanzoul -Roua" ,  Léon Kockelmans et Dany Goffin, et dans la dernière ligne droite à Philippe Legrand et à M Jérôme  qui s'est chargé de la construction des socles . 

     

    Les photos de l'installation de la sculpture de Mathurin près de la chapelle de Wanzoul ICI    via vinalmont.be . Cliquez sur le second icône sur la bannière à droite pour voir la photo en plus grand et cliquez encore sur la photo pour voir en plus grand encore

    Les photos de la mise en place de l'oeuvre d'Adrien Panier rue Doyards ICI    via vinalmont.be . Cliquez sur le second icône sur la bannière à droite pour voir la photo en plus grand et cliquez encore sur la photo pour voir en plus grand encore . 

    Le site "nostalgie Vinalmont" met à l'honneur les carriers comme M Voz ICI . 

     

    Merci aussi à Qualité-Village Wallonie dont nous ne pouvons que vous conseiller de consulter le site et la page facebook 

    Tous vos commentaires sont les bienvenus  par le biais de l'encart "commentaires " en bas de note 

    sculptures pierre de taille roua vinalmont,wanzoul,qualité village vinalmont,adrien panier,mathurin van den bogaerde,léon  kockelmans,michel dethier wanzoul,roua daniel goffin,dialogue sculpture


    Léon Kockelmans et le professeur de Saint Luc Liège Louis Halleux : on ne rigole pas avec ces choses là : c'est de la pierre de Vinalmont 

     

  • Les Wanzoulois appellent Sainte Barbe à la rescousse

    Ils ont peur de la relance des 3 centrales nucléaires de Tihange

     

    1-201700607-sculpturesmathurin -1 (15).jpg

    L'oeuvre de Mathurin Van Den Bogaerde  symbolisant une tour de refroidissement 

    Ce 1er juin , les panaches de fumée d'évaporation des tours de refroidissement des 3 centrales de Tihange étaient visibles de Vinalmont. Une première depuis longtemps.

    On était passé de 3 centrales en ordre de marche à 2 centrales avec les « fissures  »  et même à 1 centrale avec les révisions successives et autre incidents de parcours.

    Mais là , les 3 centrales en activité en même temps , c'était beaucoup.
    Les Wanzoulois ont donc immédiatement pensé à faire appel à Sante Barbe , la marraine de la chapelle de Wanzoul, la patronne des métiers dangereux , des tireurs de mines des carrières de Wanzoul , des artificiers , des mineurs ...

    Sainte Barbe n'était pas trop d'accord . Les tirs de mines ou même le feu d'artifice prévu par Jean -Luc Dethier à la fête , d'accord. Mais les centrales, c'est vraiment trop dangereux.

    Alors , les Wanzoulois , qui savent que sainte Barbe aime les carriers wanzoulois et leur pierre bleue ont installé une ...sculpture d'une centrale ... en pierre de taille ...au pied de la chapelle.

    Pour l'installation de cette œuvre d'art , ce mercredi 7 juin , il y avait là le sculpteur renommé Mathurin Van Den Bogaerde , l'artiste créateur de la sculpture , et aussi un des promoteurs du projet , celui qui a été le professeur de Mathurin à Saint -Luc  Liège, Louis Halleux ; et last but not least « the » spécialiste de la pierre de taille de Vinalmont Léon Kockelmans , membre éminent de Qualité Village. Qualité Village est en effet à l'initiative du projet. Les 3 gaillards étaient d'ailleurs accompagnés par la représentante de Qualité Village Wallonie, Bénédicte  Lovinfosse.

    En plus de son titre « académique », Mme Lovinfosse a aussi joué le rôle de protectrice de la centrale avec son parapluie durant l'installation de l’œuvre d'art. Les éléments étaient en effet déchaînés .

    Toutes les éoliennes de Héron et Villers s'étaient données le mot pour accourir à grands coups de pales créant des rafales de vent pas possible ; les panneaux photovoltaïques du village s'étaient mis en grève pour que la pluie puisse être plus virulente : mais rien n'y a fait . La sculpture a été placée par la fameuse équipe sous les hourra de la lavande du parterre de la chapelle qui avait sorti, pour l'occasion et pour la première fois de la saison, son plus beau manteau bleu.

    Le sculpteur nous dit: " Les tours de refroidissement transforment le paysage comme les panaches blancs dûs aux aux fumées d'évaporation transforment le ciel . De ces colonnes de nuages verticaux , montant jusqu'à se dissiper et disparaître , il se dégage une certaine beauté et une poésie que j'ai tenté de faire apparaître dans l'oeuvre présentée " 

    Les magnifiques panaches de la centrale vu de Vinalmont seront donc photographiés encore longtemps alors que rien , a priori , n'est plus laid que ce gros ensemble de béton ...tout fissuré.

    Le quartier de la centrale et de ses environs continuera à être surpeuplé alors qu'en 1975 ,lors de la mise en route de la centrale , tout le monde prédisait une désertification de Tihange et une diminution drastique de la valeur des immeubles dans la région de Vinalmont.

    La manne financière « Engie » renflouera encore toujours les caisses communales en même temps que tous se battront pour la diminution de l'importance du nucléaire et contre les risques d'une catastrophe nucléaire (remember Fukushima).

    9-yj.JPG

    Arc en ciel révélateur ...

    Plus de 1000 personnes , dont de nombreux Vinalmontois , continueront encore à travailler à la centrale alors que trouver un emploi , c'est la croix et la bannière.

    Les centrales continueront à enrichir le mix énergétique qui garantit l’indépendance de la Belgique en fourniture d’énergie, permettront d’atteindre les objectifs en matière de rejets CO2 et seront donc un des moyens de maintenir le prix de l’électricité assez bas pour un pays qui n’a pas de ressources énergétiques de base; mais les centrales nucléaires n'offriront toujours que peu ou pas de solution valable pour le stockage et l' élimination des combustibles usés et des déchets radioactifs.

    Stop ou encore ? Qu'en pensez vous ? Utilisez la rubrique "Commentaires" en bas de page. 

    ICI une galerie photos de la mise en place de la « centrale » en pierre de calcaire garantie non fissurée. via vinalmont.be . Cliquez sur le second icône sur la bannière à droite pour voir la photo en plus grand et cliquez encore sur la photo pour voir en plus grand encore . 

    ICI une autre galerie photos des panaches des tours de refroidissement des centrales, vues à partir de Vinalmont par M. Merst , Anaïs Delcourt , le photographe inconnu , Delphine Bauret et YJ.  Cliquez sur le second icône sur la bannière à droite pour voir la photo en plus grand et cliquez encore sur la photo pour voir en plus grand encore . 

    Demain , l'historique du projet et la description de la seconde sculpture installée à Vinalmont ce même 7 juin . L'avez vous repérée à Vinalmont ?

     

    1-201700607-sculpturesmathurin -1 (12).jpg

    Louis Halleux et Mathurin Van Den Bogaerde installent la sculpture 

     

  • Et hop, un p'tit tour du village avec Philippe Vauchel , le comédien metteur en scène de Vinalmont

     

    Début de la fête de Wanzoul pleine de convivialité et d'amour 

    20170624-vauchel-affiche6pt-recto.jpg

    « Ce vendredi 23 juin à Wanzoul , grand spectacle de Philippe Vauchel au château » : Philippe n'est pas d'accord, mais pas du tout d'accord avec ce titre de notre affiche . Tout en douceur mais avec force gestes , en ...3 heures tout au plus , il nous explique qu'il veut un environnement intimiste et que malgré la grandeur sublime de la cour du château , il préfère le bon vieux chapiteau sur le terrain de la fête . Il faut dire que Philippe est renommé notamment pour ses spectacles « en appartement » , ses spectacles « tupperware » : un de ses amis invitent 20 personnes chez lui et Philippe assure la suite.

    Philippe ne veut pas non plus entendre parler d'un spectacle DE Philippe Vauchel . Philippe se veut un passeur  d'émotions: il ne veut pas d'un spectacle mais bien une grande veillée , une "vesprée" comme disaient nos grands parents qui passaient les soirées d'été sur le banc devant la maison .

    Philippe veut reprendre le concept . Lors des soirées d'antan , l'un ou l'autre poussait la chansonnette : Philippe a donc invité pour le 23 juin les musiciens et chanteurs du Pont de Soleil et de la rue Dejardin . Lors de soirées entre voisins , on racontait des blagues , on se rappelait les bons moments de la journée ou de toute une vie . Le 23 juin , Philippe rassemblera donc autour de lui et de son ami musicien Didier Laloy , des conteurs du village et on présentera même des dias reprenant les meilleurs moments des fêtes à Wanzoul depuis des temps immémoriaux .

    Et comme on ne terminait jamais la soirée sans prendre un petit verre , Philippe fera partager des spécialités locales entre tous les participants . Quelles spécialités : on ne vous le dira pas : surprise .

    En fin de soirée , sur les bancs du village , les esprits s'échauffaient et on devisait sur ces malotrus de Wanzoul et ces bandits de Vinalmont suivant qu'on était assis rue Albert 1er ou rue de Wanzoul . Philippe ne pourra pas éviter de parler des gueguerres locales . Mais il le fera avec les enfants pour ne pas avoir de morts sur la conscience  et parce que sans enfants , pas de veillée ni hier , ni aujourd'hui

    Et quand on ne voyait plus clair , que la nuit tombait , sur les bancs, on philosophait sur la vie , sur la mort , de l'amour .

    La vie , la mort , l'amour Philippe nous en parlera 

    De l'amour parce que c'est par par amour que cet ardennais est devenu vinalmontois .L'amour , il en parle sur tous les tons : de la naissance à la mort ,notre seule certitude , en riant , en pleurant et surtout ..."en hurlant" comme le disait déjà Philippe à Mireille Cavalier en 2010 pour Di Nos Costé . Philippe  hurle son humanité afin que nous écoutions nos propres émotions . Toujours avec humour et un peu de folie . Et de citer Oscar Wilde : « Nous avons besoin de ce petit grain de folie qui nous aide à rendre la  réalité supportable »

    Soyez donc fou ..Venez entendre Philippe , l'écouter: vous sentirez en vous sourdre une rumeur et l'amour vous envahir 

    Pratiquement ,

    - le 23 juin à 19h30 rue de Wanzoul , en face du no 68 à 4520 Wanzoul: "Et hop ...un p'tit tour du village" 

    - réservation en versant 8 euros par "adulte" (+12 ans) sur le compte de Qualité Village suivant :

    BE 59 36 30 98 26 93 26   et en indiquant votre nom , le nombre de places désirées et la mention "Vauchel" (nb: 10 euros le jour même)

    Et si vous voulez en savoir plus un peu plus sur la carrière de Philippe, qui n'a pas de site internet , vous pouvez revoir la note du blog et du site de Vinalmont en cliquant ICI

     20170624-vauchel-affiche6-pt-verso_ok.jpg

     

  • L'étonnante rencontre de deux Vinalmontois , Léonard Pongo et Nicolas Jolly, dans le cadre d'un projet humanitaire atypique

     Centre de recherche en art et inégalités économiques : deux concepts totalement différents sauf pour nos 2 Vinalmontois

     

     18193229_1289623444424332_2731364190748062688_o.jpg

     Nicolas Jolly récupère une oeuvre d'art en chocolat d'un artiste congolais : la sculpture revient d'une exposition qui a parcouru  le monde (photo Chirac Kawusu)

    Le Wanzoulois Nicolas Jolly est Research Coordinator au sein de l' Institute for Human Activities (IHA) . Cet institut est un projet de recherche initié par Renzo Martens, un artiste néerlandais réputé . L’objectif de l’Institut est de démontrer que l’art qui critique les inégalités mondiales peut amener à leur dépassement. Non sur le plan symbolique, mais bien sur le plan matériel. Depuis 2014, l’Institut collabore avec le Cercle d’Art des Travailleurs de Plantation Congolaise (CATPC).

    Dans ce cadre , l'institut de Nicolas Jolly a fondé un Centre de Recherche au Congo (point d'ancrage Lusanga) mais l'institut a pour pour ambition de rayonner aussi au delà à travers l’organisation d’expositions, de conférences,  en incitant à la réflexion critique.

    L'’Institut œuvre à la distribution à l’échelle mondiale des œuvres d’art créées avec le Cercle d'art des travailleurs congolais . Le produit des ventes est intégralement reversé aux artistes et leurs familles, ainsi qu’à des projets communautaires à Lusanga. Les photos de Léonard Pongo et de ses collègues montrent notamment des oeuvres magnifiques produites symboliquement en chocolat par les artistes africains, oeuvres qui ont fait le tour du monde avant de revenir au Congo pour le grand jour

    Le grand jour 

     

    18216609_1289623091091034_3087956446457210294_o.jpg

     

    La fête bat son plein après l'exposition et l'inauguration du "White Cube" (photo Léonard Pongo) 

     

    Car le projet s'est donc spécifiquement concrétisé ce dernier mois par l'implantation d'un véritable musée – centre de recherche, « le White Cube  », qui  est érigé en pleine brousse de Lusanga (voir la galerie photos), symboliquement sur le site d’une ancienne usine d'exploitation d'huile de palme d'Unilever (Leverville), pour indiquer le projet de battre en brèche le trajet historique original.

    L' ancienne plantation est donc modernisée grâce à la vente d’œuvres d’art des membres du Cercle d’Art des Travailleurs de Plantation Congolaise . Les revenus de ces ventes revenus contribuent aussi financement des activités d' agroforesterie de la plantation.

    Ce métissage entre l’art et l’agriculture devient ainsi une marque déposée du Cercle d’Art des Travailleurs de Plantation Congolaise  qui lui permet de diversifier les cultures dans la plantation. Dans celle-ci, on y trouve la canne à sucre, l’ananas, le cacao, les palmiers améliorés...

    L'événement a fait l'objet de différentes festivités et expositions qui ont été immortalisés par Léonard Pongo , le photographe Vinalmontois très impliqué dans la mise en exergue de la richesse de la culture et des traditions congolaises (voir notamment nos notes précédentes sur le travail de Léonard – note 1 -note 2note 3)

    Ces photos de Léonard se retrouvent dans une publication remarquable de 456 pages éditée par Eva Barois De Caevel et Els Roelandt avec notamment des textes de de René Ngongo et Renzo Martens

    L'édition est bilingue (français / anglais) ; 15 x 21,5 cm (broché) et est vendu au prix de 28 euros (ISBN : 978-3-95679-310-3   EAN : 9783956793103)

    Distributeur :  les presses du réel via le lien    http://www.lespressesdureel.com/EN/ouvrage.php?id=5425&menu=1

    Une galerie des photos de Léonard Pongo et de ses amis ICI

     

     Newsitem-3-—-cover-book-1.jpg

     

    La publication du collectif congolais avec toutes les photos de Léonard Pongo 

  • Patience , le titre de la nouvelle exposition du photographe philosophe de Wanzoul: Michel Cleeren

    Patience : aller plus loin que la photographie classique ... à contre-courant du selfie 

    1-20170430-michelcleeren (7).jpg

    Patience ...Patience ..."Les photographies de Michel Cleeren ne sont pas les constats de choses précises ou de lieux topographiquement identifiés nous dit Chris De Becker,  Art Director de la Gallerie Artitude à Bruxelles où Michel expose et vous attend à partir de ce 11 mai .

    Une vue sur la mer, une vague, un paysage, une forêt, un arbre ou des bâtiments à l'abandon peuvent être partout et retiennent d'abord son attention pour ce qu'ils évoquent en creux, au-delà du sujet, continue -t-il.

    Grâce ou malgré une qualité esthétique irréprochable, l'histoire sous-jacente ici racontée nous emmène vers l'imaginaire, par-delà l'image pour toucher à l'essentiel.

    Les sujets ne sont que le moyen d'évoquer une gravité qui renvoie à notre propre histoire et à celle de l'humanité.

    Le caractère universel du  travail de Michel Cleeren est le résultat d'une approche patiente et d'un oeil exercé, la photographie étant à la fois l'art de la patience et de l'instant. Dans l'incohérence du monde s'inscrit le travail du photographe qui observe, relate et nous donne des clés pour le comprendre."

    La série PATIENCE de Michel (voir quelques photos via la galerie ICI) fait suite à la  série Chaos dont nous avons fait écho ( voir ICI ) . Dans cette série, Michel Cleeren s’intéressait  notamment à ces “villes nouvelles”, censées répondre aux attentes d’hypothétiques résidents, qui sombrent dans l’oubli, retournant lentement à l’état sauvage. C’était  l’illustration maîtrisée du combat entre une nature lente mais déterminée, en lutte contre la spéculation, le désir immédiat, le mirage économique

     Ces séries montrent l'évolution du travail de Michel qui va plus loin que la photographie classique pour atteindre une visée philosophique  

    Le parcours de Michel , on l' a retracé sur le site de Vinalmont (voir le lien ICI) avec ses nombreuses expositions en Belgique , en Suisse, en France , en Angleterre, en Chine même .

    Ses publications sont nombreuses : celles liées à son rôle de photographe de plateau (notamment dans le cadre de « Les convoyeurs attendent » de Benoît Mariage, avec Benoît Poelvoorde), celles plus artistiques  , sans oublier les photos liées à Vinalmont  en liaison avec le projet Qualité-Village viant à  mettre en valeur l'ambiance , l'atmosphère de notre village 

     

    Interview et photos de Michel à propos de PATIENCE sur
    http://www.galerie-photo.com/michel-cleeren_patience.html

     

    LES INFOS PRATIQUES

    Galerie Artitude, Bruxelles: exposition du 11 mai au 17 juin 2017

    Vernissage: 11 mai à 18h en présence de Michel 

    rue de la Longue -haie 23 1000 Bruxelles 

    www.artitude.be 

     

    Michel Cleeren
    rue Pousserou 2
    4520 Wanze
    Belgique
    michel.cleeren@teledisnet.be
    www.michelcleeren.com

    Michel Cleeren est photographe depuis 1980.
    Il mène en parallèle sa recherche personnelle et une activité de photographe de
    plateau pour le cinéma.
    Il enseigne actuellement la photographie et la vidéo
    à l'I.A.T.A. à Namur en Belgique.

     

     

    2-20170430-michelcleeren (1).jpeg

     

     

     

  • Pierre Joris-Demy , le compagnon de la Vinalmontoise Aurore Kockelmans , homme de consensus le jour, écrivain du fantastique la nuit

     A 27 ans, il va bientôt faire paraître son troisième livre .

     

    pierre joris-demy,la légende pionnière,vinalmon écrivain

    Pierre et Aurore 

    Comment ne pas tomber sous le charme de Pierre Joris. Ce n'est même pas un question à poser à Aurore Kockelmans, sa compagne, la fille d'Eugène et Antoinette de la rue de Wanzoul,

    Pierre, avec sa chevelure bouclée , ces petites lunettes, ses yeux pétillants de joie de vivre et de malice, c'est un peu son Harry Potter .

    Pierre, un Harry Potter écrivain qui décrit depuis plusieurs années les chemins héroïques du « Royaume Pionnier », un Harry Potter qui veut donner du sens aux échanges entre les gens , que ce soit dans son métier de coordinateur touristique à la Province de Liège , dans son engagement politique ou dans son implication citoyenne avec son groupe « Génér'Action » . Un Harry Potter avec des choix sociétaux marqués lui qui promeut le bio, pas le bio dans ses dérives commerciales, mais bien le vrai bio où l'on s'implique personnellement.

    Mais revenons à ses débuts d 'écrivain. Étudiant à l'Athénée, à 14 ans, alors qu'il est loin d'être le meilleur en français, il commence à égayer ses croquis fantastiques de petites notes. Lui, le geek, acharné de jeux vidéos , cherchait à faire perdurer les aventures des personnages de « Jake and Daxter » ...

    Mais bientôt , cela ne lui suffit plus. L'écriture, en tant que telle, prend le dessus : dès qu'il est 11 heures du soir, chaque jour ou presque, une envie irrépressible d'écrire sur papier les aventures fantastiques qui bouillonnent dans sa tête s'impose . Il crée son univers, ses personnages. Avec la nuit, l'adrénaline monte encore, l'inspiration est là, l'histoire arrive dans sa tête pui sur papier .Voici le résumé du début de son récit qui commence simplement :

    «Un jeune étudiant en langues qui voyage quotidiennement en train est le témoin d'un accident impliquant une belle jeune fille . Et bien sûr , il veut la revoir. Dès qu'il retrouve sa trace, des phénomènes extraordinaires se produisent autour de lui : il a franchi inconsciemment le portail qui relie notre monde au « Royaume Pionnier » . Là , un dictateur, un tyran, Ranther, règne sur son royaume , réduisant les familles du royaume au silence. Ranther va affronter Aster , le seigneur des seigneurs, Aster l'espoir auquel il faut se raccrocher . Car dans ce royaume déchiré entre le bien et le mal , l’enthousiasme et l'optimisme subsistent...». Nous n'en dirons pas plus. A vous de lire les deux premiers tomes et d'attendre le troisième opuscule.

    « Le Royaume pionnier », le premier tome,  est sorti en 2013. C'était donc le début de la trilogie « La légende pionnière ». Fin 2014, c'est le second épisode qui parait : « Les terres de l'exil » . L'auteur fait évoluer ses personnages dans un univers  « heroic fantasy »

    « J'aime ces univers nous dit Pierre . Je suis attaché à la période médiévale qui m' a toujours fasciné. J'aime tout ce qui est surnaturel, tout ce qu'on ne cerne pas bien. Le tout combiné donne du "fantasy". »

    Nous pouvons l'annoncer : le dernier tome de la trilogie est en cours et paraîtra bientôt. Nous vous dirons quand il sera disponible . On connaît déjà son titre : « La cité des cieux »

    Au niveau professionnel , fort des ses études en langues modernes et en tourisme , Pierre est devenu Chargé de Projet à la Fédération du Tourisme de la province de Liège ...avec son enthousiasme, son idéal aussi : il se veut passeur d'idées , un donneur de sens aux contacts . Pratiquement, actuellement, il a pour objectif de mettre en avant la marque « ARDENNES » à la fois dans les Ardennes belges mais aussi dans les parties luxembourgeoises et françaises, à travers divers projets.

    Les réseautage , la mise en contact des bonnes volontés , c'est aussi son objectif sociétal quand il a fondé, avec un groupe d'amis de la région Huy-Wanze-Hannut-Waremme, le bien nommé groupe Génér'Actions : il ne faut pas subir la vie telle que la façonnent les médias , les grands groupes industriels; il faut être acteur de sa vie. Parmi les fondateurs du groupe , citons outre Pierre , Cédric Detry, Delphine Hubin , Aurélie Ochelen , Jonathan Wilmotte , Christophe Evrard, Adrien Housiaux et Catherine Gerimont .

    pierre joris-demy,la légende pionnière,vinalmont écrivain

    Ils se veulent donc la génération de l'action avec pour but de permettre à celui qui a une « bonne » idée de la concrétiser en amenant de bonnes volontés autour de lui . . On est au bord de l'économie sociale .
    Un exemple : Génér 'Actions veut soutenir le projet de monnaie citoyenne locale ,  LE VALEUREUX . Le but : donner du sens aux échanges, favoriser le commerce local et les circuits courts comme on dit.

    Dans ce cadre , le groupe a aussi organisé un déjeuner équi-local à 4 euros axés sur les produits de la région Hannut Wanze Huy Waremme (avec la collaboration notamment de «La ruche qui dit oui, ou la boulangerie Winters ).

    Chez eux , à la maison,  Pierre et Aurore adhèrent pleinement à cette tendance avec un jardin sans pesticide et un poulailler (sur la photo avec un filet pour cause de risque de grippe aviaire )

    pierre joris-demy,la légende pionnière,vinalmon écrivain

     

    LES INFOS PRATIQUES

     Les deux premiers livres de Pierre sont disponibles aux éditions Atramanta (15 euros)

    -via commande à la Dérive à Huy

    -ou via Amazone

    -ou via la Fnac

     

    Une version e-book (5,99 euros)

    est disponible

    -via la fnac.com ou amazone

    -pour les apple : via apple ebook store

    -pour les pcs classiques : via google play

     

    Pierre a une page facebook dédicacée à « La légende pionnière » et un blog lié aussi à cette saga (lalegendepionniere.blogspot.com )

    Vous pouvez le contacter via sa page facebook Pierre Joris-Demy

     

    pierre joris-demy,la légende pionnière,vinalmon écrivain