vinalmont

Nostalgie

  • Le répertoire des entreprises de Vinalmont a été mis à jour

    Faisons confiance aux artisans , entrepreneurs et prestataires de services du village 

    20150521-entrepriseszoning-36.jpg

    La rubrique « adresses utiles -entreprises  et vie pratique » du site internet de Vinalmont a été mis à jour en tenant compte des nouveaux commercants , prestataires de service et entrepreneurs : il y a en a de plus en plus en fait .

    On peut faire une recherche sur le site (voir liens plus bas ) 

    - soit par catégorie de professions

    -ou par ordre alphabétique

    -ou simplement par un mot clé (comme le nom d'une entreprise ).

     

    Si des ajouts ou des modifications doivent être faites , n'hésitez pas .

    Comme toutes les informations, annonces d'activités, photos ou remarques , vous pouvez les communiquer à Yvan Joiret via facebook ou via le mail :  yvan.joiret@skynet.be

    Le site vinalmont.be est en effet un outil partageable par tous les vinalmontois et leurs amis .

    Vinalmont dispose donc maintenant d'un site, d'un blog et d'une page facebook , sans oublier le site Nostalgie Vinalmont . 

    Site et blog sont aussi visualisables via les smartphones et iphones :une version spéciale a été mise en route pour les téléphones mobiles .

    Le site Nostalgie Vinalmont , lui, remonte le temps . Vous pouvez aussi l'enrichir par vos documents ou photos anciennes .

     

    Le site :http://vinalmont.be , rubrique adresses utiles -entreprises

    ou les entreprises via ordre alphabétique ICI 

     Le blog : http://vinalmont.blogs.sudinfo.be/ : en direct

     La page facebook : http://facebook.com/vinalmont : les actualités via facebook.

    Le site Nostalgie Vinalmont

     

    DSCF3967.JPG

  • La Hesbaye au temps des trams , le tout nouveau livre de Thierry Delgaudinne

    Pas moins de 10 pages sont consacrées à Vinalmont et Wanzoul par Thierry dans son dernier ouvrage

     

    thierry delgaudine,trams hesbaye,tram vinalmont,wanzoul roua,tram vicinal vinalmont statte waremme

    Chez Marie al Tram (maison famille Mathy)

    La Meuse , lieu de rencontre

    Durant cette dernière quinzaine d'août 2017, Thierry Delgaudine et ses amis cyclistes ont suivi la Meuse en vélo , de sa source à son embouchure, soit un programme long de 1.100 kilomètres . Le vélo est le meilleur moyen de suivre ce fleuve. Et surtout , surtout de rencontrer des personnages étonnants et passionnés en France ,en Belgique , aux Pays -Bas.

    Thierry, le journaliste de coeur

    Car pour Thierry , ce sont les rencontres avec les gens qui sont le plus importantes , toujours . Déjà, quand il était chroniqueur judiciaire, c'était la personnalité des protagonistes qui l'intéressait et on percevait souvent sa sympathie ou en tout cas sa compréhension vis-à -vis de celui qui était présumé coupable : pour notre Simenon hesbignon , celui qui est le vrai coupable n'est pas toujours celui qui tient le revolver ...

    Journaliste sportif , Thierry préférait de loin, aux soit disant exploits sportifs des vedettes internationales , décrire le parcours des "footbalistes  locaux " avec lesquels il refaisait le monde pendant des heures, loin de la ligne de but, plus près du comptoir. Thierry a notamment , il y a peu , dans « Vers l'Avenir » , mis à l'honneur Joseph Craninx et Philippe Destinez , des footballeurs qui ont marqué de leur empreinte le terrain , la buvette mais aussi le coeur de pas mal de supporters et supportrices de Vinalmont . (citons aussi , dans ce cadre,  le merveilleux ouvrage « 50 ans de foot à Huy-Waremme » de Thierry Delgaudine )

    Les livres à visage humain de Thierry

    Dans ses livres - il en a édité plus d'un - Thierry a aussi voulu rendre compte des « aspects cachés », du visage humain , loin des projecteurs , de personnalités comme Anne-Marie Lizin à laquelle il a consacré un livre de photos ou du dessinateur hutois François Walthery : Walthéry a donc été l'objet d'un livre de Thierry Delgaudine , un mélange de camaraderie liégoise et d'humour: d'humour ...noir . Son titre : « Walthery est mort » ...(de rire ), l'hommage d'un homme à un autre homme, comme l'a dit le dessinateur .

    Ce sont cependant surtout  les gens « non célèbres » qu'il aime mettre en valeur . Cela a été le cas dans « Albums de famille Antheit , Moha »  avec des clichés photographiques remarquables mais aussi et surtout avec les récits de solidarité qui unissaient les hommes de nos villages marqués par deux conflits mondiaux, avec le regard amusé de Thierry sur les péripéties politiques locales ...

    thierry delgaudine,trams hesbaye,tram vinalmont,wanzoul roua,tram vicinal vinalmont statte waremme

    La gardienne de la gare de marchandise , route de Villers à Vinalmont , Hermine Deresteau ( Photo :source Françoise Vandersmissen) 

    La Hesbaye au temps des trams

    Avec « La Hesbaye au temps des trams », Thierry Delgaudine prend prétexte du tram , ce moyen de locomotion démodé , pour parcourir avec passion , avec amusement , avec lenteur , avec nostalgie, les routes de notre région . Mais le tram n'est que paravent , les numéros des lignes ne sont que des chiffres cachant le dessein caché (le livre est d'ailleurs édité par « Noir Dessin Production). Le but de Thierry est tout autre: raconter la vie , la cohésion sociale au sein des villages il y a 70 ou 100 ans . Comme il le dit : « Le tram a favorisé les rencontres :  sans lui , beaucoup d'entre nous n'auraient jamais vu le jour ».

    Thierry Delgaudine nous promène donc dans les campagnes de Seilles à Forville , d'Andenne-Seilles à Envoz, d'Hannêche à Statte mais aussi le long de la ligne 572 entre Statte et Burdinne.

     

    Le tram à Vinalmont

    La ligne du tram 572 n'est pas la plus importante en Wallonie mais pour les Vinalmontois , si , et ce de 1888 à 1951.

    Partant de Statte , le vicinal caracole en remontant péniblement vers Vinalmont (voir ICI les articles du site Nostalgie Vinalmont avec l'ensemble des cartes postales de Stéphane Riga, Jean-Marie Vanebempt , Fernand Richard ) .

    (voir aussi la carte du trajet du tram ICI ) . (voir les cartes postales ICI )

     

    Déjà essoufflé aux Tombes à Antheit, le petit tram  garde cependant son rythme dans les lacets qui le font passer et repasser sur le chemin des Vallées . Il passe ainsi devant chez Elvire Vanebempt et traverse sans vergogne la rue Vandervelde près de chez Philippe Vauchel avant d'atteindre la halte de chez Marie et Pierre ,« al tram » (maison de la famille  Mathy-voir les photos en entête de note et ci-dessous  ). Certains se plaignent de sa lenteur. D'autres en profitent pour conter fleurette aux jeunes filles.

    Le tram reprend en tout cas son souffle pendant que le «grand Bernard», le machiniste attitré, charge et décharge les colis.

    Le tram cahin-caha 

    Les roues du tram trépignent sur l'assiette de voie, large de 3,5 mètres; le tram s'élance prêt à foncer, parcourt un mètre, freine et bloque. Il a aperçu la petite Marie qui arrive en courant, une pile d'enveloppes sous le bras. Ce sont les soumissions de son papa, Paul le menuisier, que sa maman a rédigées de sa plus belle plume. Elle les glisse dans la boite aux lettres accrochée au dernier wagon. Ouf! Il s'en est fallu de peu.

    Le tram repart fièrement laissant derrière lui son odeur de vapeur mêlée de fumée de charbon et emportant les précieuses missives.

    Il effectue alors une boucle dans la rue des Potalles pour remonter vers l'actuelle route de Villers et de là se diriger vers Chapon-Seraing et Waremme.

    Il marque l'arrêt dans la campagne de la route de Villers, chez Deresteau, une construction isolée à la sortie du village, gare de marchandises et de triage(voir photo de Mme Deresteau ci dessus -merci Françoise Vandersmissen )

    A cet endroit, il y a trois voies: 2 voies permettent le croisement des trams qui viennent ou partent vers Waremme, car, sur tout le tracé, la ligne ne comporte qu'une voie. La troisième voie permet de garer les wagons nécessaires au chargement des marchandises.

     

    thierry delgaudine,trams hesbaye,tram vinalmont,wanzoul roua,tram vicinal vinalmont statte waremme

    Machiniste, chauffeur, percepteur

    La locomotive est un peu l’hôtel des courants d'air où se tiennent le machiniste et le chauffeur, dans un espace minuscule.

    Les wagons pour les passagers prévoient deux plates formes entourées de balustrades en fer forgé, c'est l'endroit de rencontre privilégié des jeunes.

    Le percepteur (ou la perceptrice) distribue les coupons. C'est lui qui saute bas du tram, manipule les aiguillages et reprend sa place alors que le tram roule toujours.

    Dans les descentes, il actionne le frein auxiliaire, une grande roue située dans le dernier wagon, alors que les gamins, grisés par la vitesse, lui crient: «Attends encore un peu!».

    En hiver, il s'occupe d'alimenter les poêles colonnes «diables» qui monopolisent un demi compartiment.

    Les voyageurs les plus proches étouffent tandis que les autres grelottent.

    Le trajet de Statte à Vinalmont coute 2,60Fb. Il faut 1h30 pour rallier Statte à Waremme.

     

    En route vers le Roua

    De chez Deresteau, une voie repart en direction de Wanzoul, essentiellement pour les marchandises. Le tram traverse la chaussée de Tirlemont (A peu près en face de l'actuelle scierie Pétré). Il vérifie le poids de ses marchandises sur «la Bascule» (un peu plus loin que chez le Dr Rihon)

    Rassuré, il entame alors la descente vers les carrières Sottiaux et Roba, traverse le Roua, atteint la carrière Wilmart, puis les anciennes carrières «de la Violette» et «al'Baye» pour se diriger vers Huccorgne et Burdinne.

    Dans ses wagons, il transporte les pierres des carrières, des briquettes, et, selon les saisons, des betteraves en direction de la râperie de Chapon-Seraing ou de bottes de lin à destination des Flandres.

    Destiné aux marchandises, il ferme les yeux quand un voyageur clandestin vient lui tenir compagnie.

    Sa locomotive à vapeur pèse pas moins de 16 tonnes et développe une puissance de 100CV. Dame, il faut bien cela s'il ne veut pas faire comme le petit Poucet, semer ses cailloux en chemin.

    Une triste fin

    La guerre terminée, le pauvre tram qui a pourtant travaillé pendant toute la durée du conflit, se voit remplacé par l'autorail, un monstre peint tout en jaune (du type de ceux que l'on rencontrait jusqu'il y a peu encore à la côte belge).

    En 1948, il doit confier ses voyageurs aux autobus qui vont bien au-delà de Statte, jusqu'à Huy.

    En 1952, malgré les protestations énergiques des sucriers et des carriers, il cesse toute activité pour faire son entrée au musée.

     

    De côte en pente et de pente en côte , inlassablement , le vicinal a parcouru son chemin sur les voies qui lui étaient  tracées , avec ses hauts et ses bas , ses arrêts , ses brusques secousses, ses cris de souffrance et de joie, image du village.

    Les cartes postales et photos ICI (merci Françoise Vandersmissen , Stéphane Riga, Fernand Richard , Jean -Marie Vanebempt , Tu es un vrai hutois si ...)

    Le livre de Thierry Delgaudinne 

    Le livre « La Hesbaye au temps des trams  » , 2017, Noir Dessin Production, 208 pages , est disponible à La Dérive à Huy ou via l'auteur à Couthuin.

     

    Photo de couverture du livre ci - après : 1945 à Burdinne : Melanie Mignon et les enfants .

     

    thierry delgaudine,trams hesbaye,tram vinalmont,wanzoul roua,tram vicinal vinalmont statte waremme

  • Cartesius (Archives de l'Etat) et le "geoportail Wallonie" mettent Vinalmont sur la carte du monde

    Merci à Georges Close et à Myriam  Georis  qui nous permettent de voyager dans le temps 

     

    En début d'année- nous en avons parlé sur ce blog- Georges Close, l'ex Wanzois, l'ex étudiant de l'Athénée de Huy, nous a gentiment fait parvenir le Plan de Vinalmont établi par le cartographe belge C. Popp vers le milieu du 19ième siècle.(http://vinalmont.blogs.sudinfo.be/archive/2017/01/27/plan-popp-214422.html).

    Rappelons le "mode d'emploi" et l'utilisation proposée par M Close . 

    La carte POPP (1850)
     
    La carte Popp vous permettra de voir qui habitait ou détenait telle ou telle parcelle en 1850 environ . Le site des Archives de l'Etat donne donc  aussi accès à cette carte Popp de Vinalmont facilement aggrandie et ce via le lien 
     
    http://uurl.kbr.be/1041099   ou via Cartesius.be .   Double cliquez plusieurs fois pour agrandir la carte
     
     

    Nous avons donc indiqué dans une note précédente qu'à ce plan Popp de Vinalmont est liée une matrice cadastrale avec tous les propriétaires de l’époque (donc vers 1850) (voir le fichier PDF ICI ).(NB : tournez les pages du document pdf avec la barre vertical à droite )

    Georges Close a donné un exemple de renseignement que l'on peut obenir sur ce qui se passait il y a plus de 150 ans en utilisant la matrice cadastrale et le plan Popp: à la page 4 par exemple de la matrice cadastrale, il y a un Joirès Hyppolite avec 707 comme article de référence .

    Si vous allez à la page 17, à l' Art. 707, vous voyez que c’est orthographié Joiret et qu'Hyppolite Joiret était tailleur de pierre.

    Il possédait  une maison en 34d  et une terre en 54.

    Si vous retournez au  plan avec ces infos,  vous pouvez voir où se situait sa maison (soit au Roua dans ce cas ci ) et où se situait sa terre .

     

    A vous de faire l'exercice avec vos ancêtres. 

      
    On peut comparer les parcelles de l'époque "1850" avec la situation actuelle .

    Au niveau de la lecture de ce plan sur ordinateur, il faut bien sûr ne pas hésiter à aggrandir la carte via les touches traditionnelles CTRL et + ou en double cliquant sur la carte (qui apparait alors dans un onglet séparé)

     

     

     

    carteferraris.jpg

     Carte de Ferraris-1777 (voir le lien ci -après ou via  My Cartesius ou vi al geo portail wallon) 

     

     La carte de Ferraris (1777)

     
    Pour voir Vinalmont comme il était il y a 250 ans , un cran en plus en arrière , la carte de Ferrraris établie en 1777 est une source  compléméntaire  intéressante par rapport au plan Popp dont nous avons parlé précédemment.  Le lien vers la carte de Ferraris ICI    
     
    On voit notamment que le Pont de Soleil s'appelait "Pont du Diable " à l'époque et que le grand tournant de la chaussée de Tirlemont (garage Dombret )  n' existait pas ...
     
    Et aujourd'hui
     
    La situation ACTUELLE   des localisations des terrains et des no de maisons y asssociées est donnée via le site  CadGIs . Pour voir ce qui concerne Vinalmont , utilisez le lien ...
     http://ccff02.minfin.fgov.be/cadgisweb/?local=fr_BE     NB: barre verticale gauche pour agrandir la carte 
     
     
    NEW  NEW :  GEO PORTAIL WALLON  d'une part , CARTHESIUS d'autre part :  les nouveautés grâce à  Myriam Georis et Georges Close 

    Le Geo Portail Wallon : comment voyager dans le temps 

    Geo(rges) Close nous a aussi fait parvenir l'adresse du portail walllon , spécifiquement la partie liée aux aspects géographiques . Voici ce lien qui offre une autre façon d'aborder le sujet .Un onglet perme de voyager dans le temps avec des cartes de VINALMONT de 1770, 1850, 1971, 1994, 2006, 2009, 2012, 2015. Fabuleux .  Merci à M. Close . 
     
    Cliquer sur l'icône "Cartes de fonds et voyage dans le temps " au dessus à droite de l'écran de départ 
     

    Carthesius: une aide précieuse 

    Myriam Georis, qui travaille aux "Archives de l'Etat"  nous a fait découvrir le site "Cartesius" (cliquer ICI ) qui donne "TOUTES" les cartes liées à une localisation donnée . (pour une recherche ,  taper: Cartesius.be, MY cartesius, bibliothèque ou labo de cartes ) 

    Un court tutoriel nous est proposé par MMe Georis via le lien suivant : https://www.youtube.com/watch?v=UOTm_9FIZLc&t=465s

    Ce tutoriel nous montre différents cas où Cartesius est une aide précieuse : ainsi ...

    1er cas :Si on veut "reconstruire " sur un ancien bâtiment en ruines ou disparu, par exemple aux Hadrennes à Vinalmont, si on veut régulariser un permis d'urbanisme, , il faut retrouver une photo qui prouve l'existence d'un  bâtiment original  avant une certaine date . Cartesius peut aider à retrouver pareille photo et aider ainsi à lancer le projet de rénovation ou permettre de ne pas devoir détruire un bâtiment. 

    2ième cas : l'historien qui désire comparer l'évolution des paysages et la densité des constructions dans une village ou une  région pendant une période donnée peut trouver via Cartesius des cartes à partir des années 1600 parfois. Ainsi , si l'on veut voir l'évolution des paysages à Vinalmont depuis le 18ième siècle par exemple, c'est possible via les recherches via Cartesius   . Au lieu de comparer uniquement le cartes Ferraris , Popp et Google Map , on a accès à d'autres sources géographiques .

    3ième cas : le géographe ou l'historien qui veut combiner de cartes de natures différentes pourra les superposer : on parle de cartes géoréférencées, des cartes numériques   basées sur un systèmes de projections géographiques sur lesquelles on superpose par exemple des ortho photos ou  cartes satellites . L'ensemble peut être annoté selon l'objectif du chercheur , sauvegardé et partagé électroniquement 

    En bref donc, pour utiliser Carthesius : www.carthesius.be ,choisir  My cartesius , Choisir Bibliothèque  ou labo de carte ....Bonne recherche 

    Carthesius est né d'une collaboration entre l'IGN , les Archives de l'Etat, la bibliothèque Royale et le Musée de l'Afrique et s'enrichit quotidiennement . Merci Mme Georis . 

     

  • Les nouvelles sculptures en pierre de taille de Vinalmont et de Wanzoul viennent d'être installées

    Les 3 grâces de calcaire

     

    sculptures pierre de taille roua vinalmont,wanzoul,qualité village vinalmont,adrien panier,mathurin van den bogaerde,léon  kockelmans,michel dethier wanzoul,roua daniel goffin,dialogue sculpture

    Mise en place de la sculpture d'Adrien Panier dans la bonne humeur rue Doyards 

     

    Ding , ding , ding , les coups de maillet sur les burins résonnent dans tout le Roua et même jusqu'à Wanzoul...Le Roua , Wanzoul sont pays de carriers . Plus de 200 ouvriers  travaillaient dans les expoitations du Roua au début des années 1900...

    Actuellement , l'activité du travail de la pierre de taille existe toujours au Roua mais à une échelle réduite, au niveau de la Carrière de Vinalmont

    Qualité -Village Vinalmont -Wanzoul -Roua souhaite préserver le souvenir de cette activité d'artiste de la pierre et mettre en valeur la qualité de la pierre calcaire du Roua , cette pierre qui a servi à construire bon nombre de maisons du village mais aussi des bâtiments plus importants comme la gare centrale d'Anvers , le Palais du Congrès - L'Albertine - à Bruxelles, ou encore le palais des Congrès à Liège. 

    Une première sculpture due à Vincent Rousseau ,baptisée "Dialogue", a été installée au Roua en 2011 déjà . 

    Le projet, qui vient d'aboutir avec la mise en en place de deux nouvelles sculptures, concerne deux oeuvres dues à de jeunes sculpteurs qui ont réalisé leurs études à l'ESA St Luc  à Liège . Leurs sculptures ont été installées l'une à Wanzoul  et l'autre à Vinalmont . La matière brute vient bien sûr du Roua , de la carrière de Vinalmont.

    sculptures pierre de taille roua vinalmont,wanzoul,qualité village vinalmont,adrien panier,mathurin van den bogaerde,léon  kockelmans,michel dethier wanzoul,roua daniel goffin,dialogue sculpture

    La sculpture de Mathurin Van Den Bogaerde , devant la chapelle de Wanzou

    La première oeuvre, qui peut être vue près de la chapelle de Wanzoul et qui est due à Mathurin Van Den Bogaerde,  rappelle les tours de refroidissement de la centrale dont l'on voit le panache au centre de la vallée,  à partir de Vinalmont comme à partir de Wanzoul (voir notre note précédente ICI)

    La deuxième sculpture, celle d'Adrien Panier, est moins figurative: elle joue avec les ombres et les lumières qui évoluent tout au long de la journée au gré du vent , du soleil avec une vue sur la vallée: elle a donc bien trouvé sa place sur l'accotement de la rue des Doyards à Vinalmont chez Paulette Joiret près de chez M. Princen  en face de la propriété de M. et Mme Davagle-Pirard et de M. Pierre Omalsky , le gardien des lieux.

    sculptures pierre de taille roua vinalmont,wanzoul,qualité village vinalmont,adrien panier,mathurin van den bogaerde,léon  kockelmans,michel dethier wanzoul,roua daniel goffin,dialogue sculpture

    La sculpture d'Adrien Panier installée rue des Doyards 

    Les 2 sculptures ont été choisies , vous vous en rappelez , parmi 11 propositions d'artistes sur base des votes des Vinalmontois ,et de l'avis d'un jury d'experts composé du sculpteur Franco D’Anna de Moha , du photographe Jacky Lecouturier, du sculpteur Vincent Dubois coordinateur de « L’Atelier » du village de Les Avins et des professeurs de St Luc Liège .Les thèmes étaient pour Wanzoul " Pierre et campagne" et pour Vinalmont "Vignoble, vallée, vent, tram".

    Eh bien , les choix des experts étaient en concordance avec les votes des villageois !

     

    Félicitations aux sculpteurs , merci à M. Halleux, professeur à la section sculpture de Saint Luc Liège , à Mme Bénédicte Lovinfosse de "Qualité Village Wallonie" , aux « chefs de projet » de "Qualité Village Vinalmont -Wanzoul -Roua" ,  Léon Kockelmans et Dany Goffin, et dans la dernière ligne droite à Philippe Legrand et à M Jérôme  qui s'est chargé de la construction des socles . 

     

    Les photos de l'installation de la sculpture de Mathurin près de la chapelle de Wanzoul ICI    via vinalmont.be . Cliquez sur le second icône sur la bannière à droite pour voir la photo en plus grand et cliquez encore sur la photo pour voir en plus grand encore

    Les photos de la mise en place de l'oeuvre d'Adrien Panier rue Doyards ICI    via vinalmont.be . Cliquez sur le second icône sur la bannière à droite pour voir la photo en plus grand et cliquez encore sur la photo pour voir en plus grand encore . 

    Le site "nostalgie Vinalmont" met à l'honneur les carriers comme M Voz ICI . 

     

    Merci aussi à Qualité-Village Wallonie dont nous ne pouvons que vous conseiller de consulter le site et la page facebook 

    Tous vos commentaires sont les bienvenus  par le biais de l'encart "commentaires " en bas de note 

    sculptures pierre de taille roua vinalmont,wanzoul,qualité village vinalmont,adrien panier,mathurin van den bogaerde,léon  kockelmans,michel dethier wanzoul,roua daniel goffin,dialogue sculpture


    Léon Kockelmans et le professeur de Saint Luc Liège Louis Halleux : on ne rigole pas avec ces choses là : c'est de la pierre de Vinalmont 

     

  • Les photos d'alors...à Vinalmont et Wanzoul ...le jour de Pâques

     

    Lire la suite

  • Les images d'alors à Vinalmont et Wanzoul...

     Une photo de Fernand Richard (merci Fernand et Véronique) 

     17191011_1366282620095163_1399229795660917609_n.jpg

     LBDF , c'est quoi cela ? C'étaient qui derrière ce blason? En quelle année? Où? 

     

    Le debriefing de la photo précédente 

    D'abord une petite photo "bonus" qui permettra de vérifier où la photo suivante se situait . Oui , on était bien à l'école . Manu Gillet a reconnu la maison de ses petits voisins  . Avec qui ? C'est à qui la malheureuse poupée (c'était l'époque où on mettait les enfants dormir sur le ventre) ? 

    20170213-roua1992137.jpg

     

    Et sur la photo publiée le mois passé ,on reconnaissait Pierre Lecocq et son comparse Kevin Giraudeau. La fille coupée au montage sur la droite , avec ses cawettes : Cyrielle Dethier a reconnu sa soeur Célia .  O..rélie aussi a commenté la photo . La petite fille en trottinette  aux roues ballon, c'est qui ? Et avec son vélo jaune , il a un look caractéristique ,non ? C'est qui ? On est en 1992...Il y a 25 ans ... Oui , on ne dirait pas . C'était hier . 

     

    20170213-ecole1992129.jpg

     

  • "Les images d'alors" à Vinalmont : une nouvelle photo et le décryptage des précédentes

     Une nouvelle photo 

    20170213-ecole1992129.jpg

     

    OU sommes nous ?    3 choix : lequel est le BON? 

    - au foyer culturel à Vinalmont , derrière la salle Delbrouck , avant les transformations de l'aire de jeu ?

    - à l'école de Vinalmont avant les aménagements extérieurs ?

    - à la plaine de jeu de Moha lors d'une excursion des élèves de l'école de Vinalmont 

     

    QUAND sommes nous ? 

    Et avec qui ? QUI reconnaissez-vous ? 

     

    La photo présentée le mois dernier : des éléments de réponse 

     

     

    20170213-roua1992132.jpg

     

    Josée Peeters -Macherot nous dit : "Cette photo a été prise lors de la messe du 15 aout au Roua devant la maison de Julienne Grégoire-Masset. Je reconnais Tomas et Léonard Pongo ainsi que leur Maman Edith et derrière Marc Hermant. Cela se passe peut-être en 1990 ou....." Merci Josée pour ta mémoire sans faille. 

    On est en fait en 1992. Comme toutes les années , les habitants du Roua invitent les Vinalmontois autour de la Vierge du Roua installée dans un ancien  four à chaux le 15 août donc.

    Merci à Stéphanie Corbier, Oli et Lionel Denis  pour leur  perspicacité : on voit en effet aussi Margaret et Lucie Hermant (ou c'est Vincianne ?) et à l'arrière l'abbé Marsin et Paul Peeters ...

    Ils nous manque certains acteurs ...

     

    Et quid de la photo proposée par Anaïs Delcourt 

     

    20170218-1992-carnaval-adelcourt (1).jpg

     

    Merci à Anne Martin , Lionel Constant, Vincianne et Lucie Hermant pour leur témoignage

    On reconnait, lors de la fête du carnaval organisé par le club des jeunes avec un char dédicacé à l'école en 1992,  Anne Martin , Laura Verjans (?) , Vincianne Hermant , Lionel Constant, Melle Bertoncello , Mme Levaque,  Kevin Gireaudeau 

    3 autres photos d'Anaïs via le lien ICI

  • Aujourd'hui , c'est le Mardi Gras à Vinalmont...comme partout ...comme en 1992

    Souvenir de carnaval  en 1992 -Merci à Anaïs Delcourt pour ces photos souvenirs 

    16807525_10155038335689841_8132807128960543001_n.jpg

     
     
    Le club des jeunes , l'école ? Qui a organisé ce fabuleux cortège en 1992? Qui faisait partie du club des jeunes à l'époque ? D'où viennent les tracteurs ? 
     
    Qui reconnaissez vous sur la série  photos d'Anaïs (en grand via Vinalmont.be en cliquant ICI )
     
    Vos commentaires via la  zone commentaires en bas de note ou via mail yvan.joiret@skynet.be 
     

    16831935_10155038335479841_113053905182833772_n.jpg

     

    Mardi gras est le dernier jour du Carnaval. Le mot italien provient du latin "carnis levare" ("ôter la viande"). Il fait référence aux derniers repas "gras" pris avant le Carême (on parlait au XVIIIe siècle de "Dimanche gras" ou de "Lundi gras" avant Mardi gras).

    Autrefois, cette saison correspondait, dans une société encore majoritairement agricole, à l'une des périodes les plus critiques. En effet, en février et en mars, les paysans puisaient dans leurs dernières réserves de nourriture stockées avant ou pendant l'hiver : la facilité à stocker œufs et beurre a favorisé - au même titre que pour la Chandeleur - la tradition consistant à préparer crêpes et gaufres pendant cette période.

     

    16830866_10155038336034841_2593830867834783062_n.jpg

     

    Des rituels païens existaient dans la période proche de mardi gras : ils annonçaient ou célébraient la renaissance de la nature (durée du jour en progression, début du dégel, puis premiers bourgeons...).

    C'est cette réalité qui était traduite dans le calendrier romain, où le jour de l'an était fixé au 1er mars... D'ailleurs, il a fallu attendre le XVIe siècle pour le que jour de l'an soit fixé au 1er janvier ! Avec l'avènement de la chrétienté et la mise en place de la tradition du jeûne du Carême (au IVe siècle), la fête se transforme en période d'exubérance précédant les rigueurs de l'avant-Pâques.

     

    16831057_10155038335839841_1517988386388061049_n.jpg

    Le mardi gras , c'est le jour des masqués . Les enfants vont de maison en maison en costume de carnaval 

    A Vinalmont ,  la tradition a tout doucement disparu . Elle était encore bien vivace dans les années 60 et 70

    "Madame, Madame , je viens vous voir , c'est la fête de saint Grégoire , 

    Si vous me donnez quelque chose , Vous aurez des oignons... Comme des chaudrons 

    Si vous ne me donnez rien , Vous n'aurez rien ..."

     

    Ou : "Une pitit ' tchimineye al brokette"

      

    16807821_10155038336144841_7954431295682592268_n.jpg

     

  • "Vinalmont: Les Images d'Alors" :une nouvelle photo et le debriefing de la précédente

     

    Et la nouvelle photo ? La voici . 

     

    1-20170213-roua1992132.jpg

    La date? Le lieu ? Quelle manifestation ? Préparation des septennales, communion,  procession, fin d'année scolaire , cortège pour la centenaire ou peut- être autre chose :qui sait ? Qui reconnaissez vous ? 

    La photo précédente

    20170205-lesimagesdalors-cheval-1.jpg

    Paul Gonne , en première loge, commente la photo présentée il y a 1 semaine : « Amusant ! Cette photo a été prise... chez nous (rue Quique); plus exactement au tout début de l'allée qui mène au jardin, en direction du cimetière.

    Quant à la date, c'est plus compliqué. Les peupliers sont toujours là, dans le pré qui hébergeait notre terrain de foot. La maison de notre ancien voisin, Gilbert, n'était pas encore peinte en blanc. Le panneau réglementant le stationnement (dont j'avais oublié l'existence) date de l'époque "Moonlight", celui-ci ayant cessé ses activités en 1995. La présence du panneau (on remarque que les fourchettes horaires concernent les nuits de WE) se justifiait par la nombreuse clientèle de l'établissement: des voitures stationnaient souvent jusqu'au cimetière.

    Autre indice, mais plus hypothétique: le style de la photo. Je ferais le pari que l'auteur n'est autre que.. Yvan lui-même. Et la voiture? Ne s'agit-il pas d'un modèle Fiat que tu as possédé à une certaine époque ?
    La photo pourrait donc dater de la fin des années 80, voire du début des années 90. ". Merci Paul .

    Les peupliers ont marqué les esprits . Isabelle Van Hoecke  s'en souvient. Anaïs Delcourt s'en rappelle aussi comme elle se souvient de l'époque du grand feu (1995 propose Anaïs) organisé dans les alentours avec parfois des années très boueuses comme indique Pascal Dethier .

    Mélanie Goffin reconnaît aussi l'endroit . Michel de Gheus se souvient bien du Moonlight comme Isabelle Halleux qui date avec précision la photo (entre 1991 et 1993, donc 1992) . Bravo Isabelle.

    Carole Morsa nous indique que c'était Jacques Freyman qui tenait le Moonlight (jusqu'en 95 nous a donc dit Paul Gonne)

    Ce Moonlight a fait couler beaucoup d'encre et de ...bière. Le panneau de la photo, nous disent Jean -Paul Smets et Jean -Marie Stevens, faisait partie des dispositions prises contre les inconvénients pour les riverains causés par les nombreuses voitures des clients du dancing (dancing donc dans les bâtiments de l'actuel restaurant « Le fourneau Sainte Anne »).

    Car, la mayonnaise dans les boîtes aux lettres, les verres abandonnés en rue, les papas furieux... , Stéphanie Corbier s'en souvient aussi bien sûr ...

    Merci aussi à Lionel Constant qui a vu l'incongruité d'une Fiat dans ce paysage champêtre, à Anaïs Richard, Pascale Fontaine et à tous ceux qui ont identifié l'endroit.

     

    N'hésitez pas à envoyer des photos anciennes .

     

     

     

  • La carte Ferraris de Vinalmont, un complément au plan Popp (plan Popp ci desssous plus clair que précédemment)

    Merci à Georges Close et à Myriam Georis pour leurs précieux apports 

     

    carteferraris.jpg

     Carte de Ferraris-1777 (voir le lien ci -après ) 

     

     La carte de Ferraris (1777)

     
    Pour voir Vinalmont comme il était il y a 250 ans , la carte de Ferrraris établie en 1777 est une source  compléméntaire  intéressante par rapport au plan Poop dont nous avons parlé précédemment.  Le lien vers la carte de Ferraris ICI    
     
    La carte POPP (1850)
     
    La carte Popp de 1850 environ est plus précise et vous permettra de voir qui habitait ou détenait telle ou telle parcelle en 1850 environ . Le site des Archives de l'Etat donne donc  aussi accès à une  carte Poop de Vinalmont plus lisible et plus facilement aggrandie (par rapport à notre première note ) et ce via le lien 
     
    http://uurl.kbr.be/1041099      Double cliquez plusieurs fois pour agrandir la carte
     
     

    Nous avons indiqué dans une note précédente qu'à ce plan Popp de Vinalmont est liée une matrice cadastrale avec tous les propriétaires de l’époque (donc vers 1850) (voir le fichier PDF ICI ).(NB : tournez les pages du document pdf avec la barre vertical à droite )

    Georges Close a donné un exemple de renseignement que l'on peut obenir sur ce qui se passait il y a plus de 150 ans en utilisant la matrice cadastrale et le plan Popp: à la page 4 par exemple de la matrice cadastrale, il y a un Joirès Hyppolite avec 707 comme article de référence .

    Si vous allez à la page 17, à l' Art. 707, vous voyez que c’est orthographié Joiret et qu'Hyppolite Joiret était tailleur de pierre.

    Il possédait  une maison en 34d  et une terre en 54.

    Si vous retournez au  plan avec ces infos,  vous pouvez voir où se situait sa maison (soit au Roua dans ce cas ci ) et où se situait sa terre .

    Un article explicatif complémentaire via Myriam Georis et Arthemis ICI (merci à MMe Georis)

    A vous de faire l'exercice avec vos ancêtres. 

      
    On peut comparer les parcelles de l'époque "1850" avec la situation actuelle .
     
    Et aujourd'hui
     
    La situation ACTUELLE   des localisations des terrains et des no de maisons y asssociées est donnée via le site  CadGIs . Pour voir ce qui concerne Vinalmont , utilisez le lien ...
     http://ccff02.minfin.fgov.be/cadgisweb/?local=fr_BE     NB: barre verticale gauche pour agrandir la carte 
     
  • La maison en face de l'école de Vinalmont ...Il y a 100 ans et aujourd'hui ...la suite

    Les souvenirs et nouveaux témoignages de Jean Lecocq, Michel Lemans, Norbert Dubois, Jean-Pierre Pacolet, Emile Smettin, Daniel Massin, Jacqueline Ruisseau-Ledure et Denise Graindorge

     

    daniel massin,jean-pierre pacolet,emile smettin,jean lecocq,jean lemans,rue mottart laloi,vinalmont

    Les parties "gauche" (objet de la peinture Luc Saint Georges) et "droite " de l'habitation (maison Massin) avec au centre l'allée qui mène à l'ancienne demeure à l'arrière -Photo M Massin . 

    La maison en face de l'école (le no 8 de la rue Mottart Laloi) est aujourd'hui la propriété de Monsieur Massin. Les batiments qui constituent l"ensemble de la parcelle  voisine de chez le Dr Mélotte (ancienne maison Collin) ont été rachetés par Daniel Massin en 1981 à la famille Legros­ . La maison figurant sur la peinture de Luc Saint Georges présentée dans une note précédente est actuellement louée à une charmante ancienne prof. d'anglais.  La partie droite, en regardant la maison de l'école est occupée par Daniel Massin et sa compagne Michèle Bossy, Michèle qui est par ailleurs membre du comité des Spiteux.

    Outre ces deux habitations, il y avait autrefois, à l'arrière, une troisième demeure, une maison que l'on ne voit pas à partir du chemin

    Mais nous pouvons la découvrir à partir de la photo aérienne que nous a fait parvenir Jean Lecocq , soit une vue d'ensemble du site avec les 3 parties du complexe. Perpendiculairement à la rue Mottart Laloi, on trouve donc la maison que l'on ne voie pas du chemin, celle avec le long toit orangé.

    daniel massin,jean-pierre pacolet,emile smettin,jean lecocq,jean lemans,rue mottart laloi,vinalmont

    Merci à Jean Lecocq pour cette vue d'ensemble Google earth  avec la maison Mélotte à gauche et donc au centre la maison no7 , avec la partie arrière perpendiculaire à la rue (toit "jaune")

    Cette partie arrière du complexe,  la doyenne de Vinalmont, Denise Graindorge, bientôt 97 ans, s'en souvient très bien : elle y a connu vers 1938, une famille Houlmont dont le fils s'appelait Raymond et qui hébergeait un pensionnaire âgé appelé Jules Graindorge.

    Cela rejoint les souvenirs d'enfance de Norbert Dubois, l'ex Wanzoulois: il se rappelle que ses grands parents maternels, la famille Graindorge (les parents de Charlotte et Juliette Grandorge) ont eux aussi habité une partie de cette maison.

    Et quelques années plus tard ...toujours à propos de cette maison au bout de l'allée de la maison du no 8, Jacqueline Ruisseau-Ledure, la fille de Denise Graindorge, la petite-fille de Charles Graindorge et Jeanne Delhamende, nous raconte: 

    - Je suis née le 14 mai 1943 et j'ai habité mes 6 premières années au no 7 de la rue Mottart-Laloi (en face de chez Alphonse actuellemment ) à côté de la maison actuelle de Monsieur Massin , le no 8. Je me rendais, presque chaque jour, au n° 8, dans la petite maison au fond de la cour.

    A la fin des années '40, cette maison  était occupée par Mathilde « Nanet », veuve de Sylvain Daubée. Elle avait perdu son fils Pol (père de Robert Daubée) dans des circonstances dramatiques. En effet, il avait été tué par le train, au passage à niveau de Wanze, en compagnie de Pol Vincent. Leur tracteur, chargé de betteraves, avait été happé par le train.

    J'ai toujours en mémoire la toile cirée sur la table, le bol, le sucre, le sirop et la tartine de beurre. L'odeur du café, cuit et recuit sur le coin du poêle, flottait toujours dans l'air.

    Mathilde avait des goûts étranges car elle aspergeait son assiette de frites avec du sucre fin.

    Le peu qu'elle possédait était toujours rutilant de propreté.

    Ensuite, vinrent Olivier (Malaise?) et Arnoldine, laquelle était rebaptisée « Radoline » par André Polet, lorsqu'il était tout petit.

    Jacqueline se souvient aussi de la maison où a habité le peintre Luc Saint Georges à savoir la maison Racoux (maison Emmanuel Gillet, au dessus de chez Alphonse Pongo  aujourd'hui). 

    - Vu de mes 5 ans, l'atelier de chez Racoux me paraissait immense.Le mardi-gras, les malles, remplies de « costumes de princes » , réalisés par Lambert Racoux , me fascinaient. C'était l'univers de ma petite enfance.

    Le garde champêtre Joseph Bolly a aussi habité cette demeure du bout de l'allée. 

    De 1954 à 1956 , c'est un cordonnier, Charles Lecocq, qui occupe la maison au fond de l'allée du no 7, maison à laquelle était annexée des étables . L'épouse de Charles est l'amie de la maman de Michel Lemans : c'est Marie – Thérèse Rasquin -Lecocq . Il y aura 4 garçons dans la famille Lecocq-Rasquin: Bernard, Jean , Dominique et Marc.

    Jean Lecocq nous dit :

    - Marc, mon petit frère,  est né à Vinalmont en mars 1955. Son parrain sera Jean Collin, le voisin vétérinaire. Notre famille est alors partie pour le Canada ...

    Merci à Michel Lemans et Jean Lecocq pour ces témoignages. 

    daniel massin,jean-pierre pacolet,emile smettin,jean lecocq,jean lemans,rue mottart laloi,vinalmont

    La maison à l'arrière (photo 1991- YJ)

    La famille Pacolet habitera alors cette même maison du bout de l'allée de 1956 à 1961. Dans un précédent article, nous avons évoqué cette époque de Marcel et Solange,  le papa et la maman Pacolet, de Marie-Claire, Jean-Pierre, Maurice et Francis, les enfants . (Merci à Jean -Pierre pour sa précieuse contribution).

    Dans ses notices du Patrimoine Hutois, M Comanne , l'historien de Vinalmont, fait état d'une porte datée de 1755 avec les initiales AP sur la bâtiment perpendiculaire qui a été habitée par les familles Lecocq et Pacolet . M Comanne fait mention pour l'ensemble du complexe d'une construction du milieu du 18ième siècle (sur base de l'indication 1755 sans doute en partie)

    Au départ, l'ensemble du complexe était la propriété des 3 soeurs Jamar (voir la note précédente). Les soeurs Jamar occupaient elles même  la partie de droite en regardant de la rue , la maison au poirier (voir aussi la photo aérienne). En 1956, 2 sœurs Jamar y habitaient toujours : Zélie et Elise. Zélie est décédée  en 1957 (ou 1958) et Elise a été hébergée à la fin de sa vie chez Eugène Derclaye .

     

    daniel massin,jean-pierre pacolet,emile smettin,jean lecocq,jean lemans,rue mottart laloi,vinalmont

    La maison au poirier ou maison Jamar , Smettin , Legros et aujourd'hui Massin (photo  1991 YJ)

    La famille Smettin occupera donc cette partie de la maison (voir la note précédente) vers 1963. La petit maison objet de la peinture de dessinée, devenue insalubre , servait pour ranger les vélos et d'atelier et certains des bâtiments à l'arrière étaient utilisés comme remises. (merci à Emile Smettin pour sa contribution et l'idée originale )

    La famille Legros succédera à la famille Smettin . Et donc maintenant c'est Daniel Massin et sa compagne qui occupent cettte partie droite de l'habitation . La boucle est bouclée.

    daniel massin,jean-pierre pacolet,emile smettin,jean lecocq,jean lemans,rue mottart laloi,vinalmont

    Entrée vers la maison au poirier -Photo 1991 (YJ) 

    La partie de gauche sur la photo aérienne (ou en regardant de l'école ) a donc été longtemps été inoccupée avant sa réhabilitation complète par M Massin . Cette bâtisse a cependant une longue histoire. Elle aurait été une forge selon Daniel Massin : « Marcel Pacolet m'avait raconté qu'en des temps reculés, la maison de la peinture était l'atelier d'un maréchal-ferrant. D'où la présence des 3 arcades pour faire entrer les chevaux. A l'intérieur de la maison existe toujours une goulotte qui permettait de tirer l'eau dans le puits contigu pour abreuver les bêtes.

    daniel massin,jean-pierre pacolet,emile smettin,jean lecocq,jean lemans,rue mottart laloi,vinalmont

    La partie gauche de l'habitation (maison Guillaume) avant réhabilitation et l'allée qui mène vers la maison et les granges-étables  à l'arrière (photo D. Massin)

    Jean Lemans confirme : « Je crois que c'est mon grand père Marcel Lecocq qui me l'a dit... C'est la disposition des deux encadrements de porte juxtaposés que j'ai vue à d'autres endroits qui confirment la chose. Une porte est prévue pour l'accès au travail qui servait à maintenir le cheval en place et l'autre porte est nécessaire pour le passage des hommes ».

    Dans la seconde moitié des années 50 , Jean -Pierre Pacolet se souvient que cettte  petite maison « de devant » à gauche était louée à une famille avec 3 ou 4 enfants dont la maman s’appelait Christiane…. Cette famille possédait...une roulotte qui était stationnée le long du mur à gauche. Et il ajoute (voir note précédente ) : «  Ces personnes ont déménagé à Marchin et ont été remplacées par Lucien et Alexandrine Guillaume, les grands parents de Monique et Robert Guillaume".

    Et donc aujourd'hui fin de l'histoire pour cette partie gauche du complexe avec une sympathique prof d'anglais à la retraite, Mme Hanquenne, dans un bel écrin de verdure et une maison rénovée.

     

    daniel massin,jean-pierre pacolet,emile smettin,jean lecocq,jean lemans,rue mottart laloi,vinalmont

     La partie droite réhabilitée par Monsieur Massin: une ancienne forge ? (photo D Massin )

     

  • Une peinture d'une maison de Vinalmont : la reconnaissez vous ?

    Emile Smettin, l'ex Vinalmontois, a retrouvé cette peinture d'une demeure où il a vécu au début des années 60

     

    15384532_1919216188308906_2424127796004644400_o (1).jpg

    Les propriétaires de cette habitation de la rue Mottart-Laloi, dès les années 40, c'étaient les 3 soeurs Jamar, Emilie, Elise et Zélie. Elles habitent donc dans  la petite cour en face de l'école, une demeure à droite de la maison patricienne habitée alors par la famille Collin (aujourd'hui propriété de M et Mme Mélotte) et à gauche de l'habitation de Charles et Jeanne Graindorge-Delhamende. La  maison des 3 soeurs fait partie d'un ensemble qui aurait constitué un prieuré. Chaque semaine, à tour de rôle, une des soeurs reste à la maison pendant que les autres se rendent à la messe ou vont faire les courses. Le grand sport des Vinalmontoises derrière leur fenêtre, c'était de répondre à la question: qui est ce qui manque aujourd'hui? 

    La maison , c'est en fait un petit complexe; il y a eu jusqu'à 3 ménages qui y ont vécu ensemble. Joseph Bolly, le garde champêtre, y a notamment vécu. 

    La famille Pacolet a occupé l'habitation au fond du couloir central  durant la période 1956-1961. 

    Les  enfants de l'école regardaient toujours d'un oeil admiratif Marcel Pacolet qui travaillait le long du talus de l'école: Marcel coupait les herbes à la faux, d'un geste large. Mais ce que tout le monde  attendait, c'était le battage de la faux. Quand la faux a perdu de son tranchant, il faut la "battre " : il faut amincir la bord tranchant de la lame  en la frappant avec un marteau sur une enclumette puis l'aiguiser avec une pierre à aiguiser au grain fin. Spécialiste incontesté du battage de faux, Marcel Pacolet réalisait ce travail pour les voisins, les amis, ou les ouvriers communaux, en fait pour tout ceux qui devaient couper des herbes dans les prairies (pour la fenaison)  ou dans les pelouses ou les talus. 

    Vers 1956-57, la petite maison, devant, était louée à une famille avec 3 ou 4 enfants dont la maman s’appelait Christiane…. Cette famille possédait...une roulotte qui était stationnée le long du mur à gauche.

    Jean -Pierre Pacolet se souvient:" Ces personnes ont déménagé à Marchin et ont été remplacées par Lucien et Alexandrine Guillaume, les grands parents de Monique et Robert Guillaume. Lucien était alors âgé de plus de 80 ans et j’ai le souvenir qu’il chiquait du tabac et crachait sa salive dans un seau, si bien que, lorsqu’on entrait dans sa cuisine, on avait cette odeur de tabac mâché qui prenait à la gorge. Cette habitation était très exiguë et modeste, une petite cuisine, une petite chambre à coucher et une remise. Mais on y était bien et on y allait souvent.

    Et pourtant, on a déjà embêté pas mal le vieux Lucien.  

    Nous jouions au football dans la petite prairie à droite mais également dans la cour juste à l’avant de la maison. Et quelque fois, le ballon atterrissait dans la vitre des malheureux grands parents Guillaume et c’était un drame …une vitre cassée…Heureusement, mon papa, après nous avoir copieusement engueulé,  réparait au plus vite les dégâts.

    Notre petite cour, c'était un vrai paradis pour nous -Jean-Pierre, Anne-Marie, Maurice, Francis Pacolet - et nos copains , une plaine de jeux , un  Walibi : on y faisait des acrobaties en vélo, on y jouait aux billes (avec Francis Goesens notamment),  à « cache-cache »  notamment dans le jardinet à gauche (au grand désespoir de nouveau des grands parents Guillaume). Bientôt , on a commencé à  jouer sur un petit kicker de fortune avec Marc Sohet et Paul Van Hoecke...les temps modernes commençaient ...

    04-p20120327-paulvincent-communionpaul1960environ-900.jpg

    Sur son 31, la jeunesse de Vinalmont au début des années 1960 . Qui reconnaissez-vous ? Parmi eux , Jean - Pierre Pacolet 

    Puis , tout s'est emballé :Lucien et Alexandrine nous ont quitté, nous avons déménagé."

    La famille Smettin arrive alors vers 1963 dans le "complexe" .  La famille était nombreuse avec Emile Smettin, ses frères Charly, Eric, le cousin Jean -Marie  et sa soeur Juliana, celle là même qui sera championne de Belgique d'accordéon. Claude , le grand frère , deviendra un cycliste reconnu dans la région.  La famille Smettin quittera quelques années plus tard la rue Mottart Laloi pour s'établir rue Quique et gérer le café de chez l' "Quique" .

    Les demoiselles Jamar décèdent bientôt  et les maisons deviennent  la propriété de la famille Legros , une famille qui revenait d'Espagne dit-on ...

    Et notre peinture dans tout cela? 

    L'artiste peintre , c'est Luc Saint Georges ,un ami de la maman de Daniel Haid. Luc Saint Georges habite rue Mottart Laloi aussi mais dans la partie de la rue encerclant l'école pour remonter vers la rue Albert 1. Il séjourne dans la demeure actuelle de la famille d’Emmanuel Gillet. Il n'y habite pas seul : il a été hébergé par Emile et Lambert Racoux. Si Emile a été  tailleur de pierre comme tout Vinalmontois, Lambert, lui, était  tailleur de vêtements. Quand son épouse Laure vivait toujours ,ils s'étaient même spécialisés dans la confection et la location de costumes de carnaval. Et, commercants hors pair, pour faire marcher les affaires , ils organisaient eux-mêmes , dans leur salle , les plus beaux bals masqués de la région. Et en plus , chez eux, on vendait  des chiques et on  jouait aux quilles...pour de l'argent. 

    Toujours est -il qu' on doit à leur locataire et ami, Luc Saint Georges, la peinture d'une maison du village de Vinalmont que nous a présenté Emile Smettin. Merci Emile.

    Connaissez vous d'autres peintures du village ?  N'hésitez pas à me les faire parvenir.303404_3282636738894_1317093860_n.jpg                                                                        Emile Smettin