vinalmont

vinalmont football

  • Philippe Destinez , le Wawa de Vinalmont

    Il a marqué le Vinalmont FC de son empreinte

    phil2.jpg

    Philippe Destinez , la fierté de Vinalmont : le titre de Thierry Delgaudinne lié à l'article qu'il a consacré à Philippe Destinez dans Vers l'Avenir de ce vendredi 30 novembre (voir le lien vers cet article en bas de note) pourrait faire l'objet d'un retourné à la Zlatan : « Vinalmont , la fierté  de Philippe Destinez  » et ce tant la carrière footbalistique de Philippe est attachée à celle du Vinalmont FC

     9 ans de fidélité pour un joueur venu de bien loin, de Waremme , un peu le bout du monde en 1969, c'est long , très long . Gageons qu'Ibrahimovic ne restera jamais aussi longtemps dans un seul club.

     Le titre est donc important dans l'article . La longueur de l'article en dit aussi très long: une page entière pour notre Wawa vinalmontois :car l'homme en vaut la peine ; le parcours exceptionnel de Philippe au niveau footbalistique ne s'entend pas sans que 'on mette en avant ses qualités humaines, ces qualités qui ont interpellé le journaliste . Une page entière donc : comme le dirait Fernand, notre Fernand Richard , même lorsque Vinalmont faisait l'objet du match du dimanche dans Vers l'Avenir ou La Meuse , cela s'étalait au maximum sur une demi page .

     En lisant l'article , j'ai eu 3 coups de coeur

     1. Philippe aime les numéros 9 à l'instar de Roger Claessen , le forward du Standard qui a illuminé ses soirées européennes dans les années 60: « remember » les matches contre le Glasgow Rangers ...A Vinalmont , Philippe a toujours voué une admiration sans bornes pour les buteurs comme René Targez ou Michel Lizin . Il avait aussi des affinités avec un autre numéro 9, Popol Vanhoecke qui marquait des goals à la pelle en réserve : de la tête souvent , de l'épaule parfois , de la main quelquefois (toujours par inattention) et de temps en temps... du pied. Paul , dans son style direct , ne mâche pas ses mots quand il s'adresse à Philippe : « Mon ami Philippe, j'ai admiré tous les reportages que tu as réalisé sur notre équipe de foot , sur le blog de Vinalmont . Je me demande comment tu as retrouvé autant d'archives, autant de souvenirs .Il faut croire que tu as encore la nostalgie des année 60 70. Personnellement, je te remercie. Cela fait du bien.(jusque là , cela va );

    Je voulais cependant te donner quelques précisions quant à l'année où nous avons été champion en réserve (1980-19-81), il y a plus de 30 ans donc . (cela va se se corser, on sent le centre -avant qui va débouler )

    Le plus souvent , sauf blessure , l'attaque était constituée par Jean-Luc Dethier qui évoluait sur le flanc gauche ,par Jean-Paul Daxhelet qui arpentait le côté droit et au centre par myself. Tu sais, pour nous, l'entre jeu n'avait que peu d'importance (...« on en avait rien a foutre »). On demandait aux halfs d'aider les défenseurs . La tactique était simple :dès que les défenseurs récupéraient le cuir, ils devaient envoyer le ballon bien loin ,au dessus de l'entre jeu  , et qui était là: POPOL. 9 fois sur 10, je me débarrassais du premier stopper et je lançais un extérieur à gauche ou à  droite; il faut avouer que Jean-Paul et Jean-Luc prenaient pratiquement toujours leur défenseur de vitesse, et hop , soit ils marquaient eux mêmes ou Popol était où il devait être. Le résultat de cette saison : Dethier: 29 buts Daxhelet : 32 buts et Van Hoeck : 41 buts.  20 victoires , 2 matches nul, et 0 défaite ,je pense « 

    Ce type de raisonnement imparable , un peu cavalier , Paul l'a tenu des dizaines de fois à la buvette, irrité par l'incompréhension apparente de Philippe, son vis-à vis qui , compétiteur et orateur hors pair , était venu , comme chaque fois discuté avec lui après le match . Imperturbable , sûr de son fait, avec son air bonhomme , avec son ton posé et calme, professoral déjà ,avec ses termes choisis , colorés , fleuris , Philippe expliquait les grandes règles du football à Popol : «  Des passes courtes, Paul, nous permettent de maitriser l' entrejeu et de te servir comme dans un fauteuil . L'entrejeu est la pièce maitresse d'une équipe de foot , sois en conscient . Je crois que tes paroles dépassent ta pensée ". Popol , qui ne l'entendait pas de cette oreille, fort de ses dizaines de buts inscrits , fulminait et finissait par crier « Remets un peu un verre à Philippe «  indiquant par là que la discussion allait reprendre de plus belle et à son avantage et que ce grand escogriffe de Philippe allait mordre la poussière ...
    Il faut dire que , dans notre monde de brutes , Philippe se démarquait au niveau de son éloquence mais aussi au niveau de son son style footbalistique particulier : fin , racé, intelligent , caractérisé par des amorties audacieuses, des dribbles risqués , des une-deux étonnants , une frappe pure , et une courtoisie de tous les instants , même dans ses démêlés avec le corps arbitral . Toujours est -il que le courant passait bien entre Popol et Philippe ...

     Deuxième coup de coeur : Philippe aimait les dictons , les sentences ,les maximes , les proverbes , les citations . Son célèbre « On ne prête qu'aux riches » qu'il balançait l'air de rien aux arbitres éberlués a la suite d'une décision qui ne l'agréait pas ,avait été reprise en équipe fanion et en réserve par André Polet si bien qu' elle était devenue une marque de fabrique du Vinalmont FC.

     Pour nous dire pourquoi il avait relaté avec enthousiasme l'histoire de Vinalmont sur le blog du vollage  , Philippe a repris une citation du poète Henrik Ibsen : « La mémoire a été donnée aux hommes pour qu'ils aient des roses en hiver».Ce qui , après moultes réflexions , pourait vouloir dire: « En devenant plus agé , on se rappelle les victoires avec Targez contre Thisnes, Landen ou Marneffe et ou oublie les défaites du style 10-0 contre les « gris et rouges » de Haneffe .On ne se souvient plus des éternelles places d'antépénultième (rien que Villers derrière nous) et on se rappelle du titre de champion en réserve .

     Troisième coup de coeur ; Philippe a toujours été très positif , ne jugeant jamais, prenant toujours le bon chez chacun de ses partenaires . Et d'ailleurs , dans ses mémorables discours de fin de championnat , il parlait toujours du navire qui , malgré les avaries et les tempêtes , est arrivé à bon port grâce à des matelots courageux (nous, les fotballeurs je suppose ) et grâce à leur brillant commandant (on ne sait pas s'il parlait de Camille Corbier, le président , d'André Polet le capitaine ou de Targez , l'entraineur ) .

     Encore aujourd'hui, à contre courant de l'avis parfois répandu , Philippe trouve le contact avec les jeunes enrichissants , positifs, intéressants ; il a besoin de leur contact journalier ; c'est pourquoi , il continue sa carrière de prof de mathématiques et de physique à l'IPES de Waremme alors qu'il pourrait prétendre à la pension . A contre courant encore des idées préconçues , il juge que les sportifs de haut niveau ne sont pas médiocres dans les études, bien au contraire. Et de prendre l'exemple des deux vedettes auxquelles il a donné cours : Philipe Gilbert et Eliaquim Mangala . Il a conu à l'Institut Provincial de La Reid Philippe Gilbert qu'il prenait d'ailleurs sur le chemin de l'école : un gamin très attachant ,pas avare de ses efforts en section horticulture et qui est devenu la vedette que l'on connait .

    A Waremme , Philippe a aussi vu passer Eliaquim Mangala qui , âgé de 15 ans, de nationlité francaise , défendait les couleurs de ...Wépion et et fréquentait l'IPES , qui avec son école de football et d'athlétisme , cadrait avec ses ambitions . Il était un bon élève à Waremme I et qui plus est doué en mathématiques, le cours que Philippe dispensait

    Mais revivez l'histoire du Vinalmont FC avec Philippe par le biais des notes parues sur le blog de Vinalmont (7 notes différentes retraçant les années de Philippe à Vinalmont et plus encore )

     http://vinalmont.blogs.sudinfo.be/archive/2012/09/11/philippe-destinez-raconte-le-vinalmont-fc.html

    http://vinalmont.blogs.sudinfo.be/archive/2012/09/11/philippe-destinez-raconte-le-vinalmont-fc1.html

    http://vinalmont.blogs.sudinfo.be/archive/2012/09/11/philippe-destinez-raconte-le-vinalmont-fc2.html

    http://vinalmont.blogs.sudinfo.be/archive/2012/09/12/philippe-destinez-raconte-le-vinalmont-fc-no-4.html

    http://vinalmont.blogs.sudinfo.be/archive/2012/09/12/philippe-destinez-raconte-le-vinalmont-fc-no-5.html

    http://vinalmont.blogs.sudinfo.be/archive/2012/09/12/philippe-destinez-raconte-le-vinalmont-fc-no-6.html

    http://vinalmont.blogs.sudinfo.be/archive/2012/09/12/philippe-destinez-raconte-le-vinalmont-fc-no-7.html

    peeters11.jpg

    Philippe à côté de Popol Van Hoeck debouts , en fin de deuxième ligne , à droite. (donc le grand moustachu , c'est le même que le Monsieur de la photo en tête de note; cette photo en tête de note se situe en face du cimetière devant l'ex nouveau terrain ; Philippe arbore le maillot TRADING De Gheus rouge et or vieux de...40 ans )

    On reconnait aussi agenouillés:  Luc Peeters, René Tarrgez , Jean-Luc Dethier, Eric Dubois, Jojo Poncin et Yvan Joiret
    A l'arrière Camille Lambrechts, Claude Hennaux,   André Polet , Gustin Seret , Jean-Paul Daxhelet , Jean Hanquin ,  et donc  Philippe et Paul en civil


    Cliquez ICI pour visualiser l'article de Thierry Delgaudinne dns Vers l'Avenir du 30 novembre 2012

     

  • Philippe Destinez raconte le VINALMONT FC -No 4

     1973-1974: l'année faste

    peeters11.jpg

    Philippe Destinez nous a compté en long et en large, toujours avec passion , ses premières années de football avec Vinalmont. Vous pouvez retrouver ses commentaires en visualisant  les notes no 1, 2 et 3: « Vinalmont 69 » , «  Vinalmont 70 et 71 » , »Vinalmont 72 » .

     Aujourd'hui , il nous raconte l'année 1973-1974

    Targez I

    L'équipe

    Cette année 73-74 sera plus facilement désignée sous l’étiquette de 1ère année TARGEZ . La politique sera de jouer avec les éléments qui sont la propriété du Club. L’effectif est fourni et à certains égards et en toute modestie talentueux. Luc PEETERS, Jean-Luc DETHIER, Guy GONNE, Paul GONNE, Jean HANQUIN, Philippe DESTINEZ, Robert MUTSCH, André POLET, Yvan JOIRET, Paul VAN HOECKE, Gustin SERET, Jules KIRSCH sont toujours là .

     CLAUDE HENNEAU rempile.

    ALPHONSE PONGO est de retour de WARNANT.

    JOJO PONCIN, un extérieur vif et déroutant , est un des rares joueurs (outre l’entraîneur) à venir nous renforcer.

    RENE TARGEZ est donc le joueur entraîneur. Il a joué en 3e Division nationale et en Promotion notamment à ANDENNE. C’est un ancien condisciple de CAMILLE CORBIER pour lequel il avait accepté de venir jouer chez nous. Il est imposant par sa stature, il a un tir et un coup de tête fulgurants. Seule petite ombre au tableau, il souffre d’une jambe et n’est plus en possession de la totalité de ses moyens. On se dit que s’il avait encore été à 100 %, il ne serait peut-être pas venu chez nous. Il va toutefois nous prouver à tous qu’il a vraiment plus que beaux restes.

    Voilà planté le décor d’un effectif qui pouvait rendre optimiste tant du point de vue de la qualité des joueurs que du point de vue des liens qui existaient entre eux. Cet esprit de corps était un élément important que l’on a souvent perdu de vue.

    Les résultats

    De fait, ce fut une des meilleures saisons de notre histoire avec 31 points. Toutes les formations avaient laissé des plumes face à notre bloc sur les deux rencontres. Nous terminons 5e derrière PATRO LENSOIS, HANEFFE, MARNEFFE et THISNES. Les 31 points sont répartis comme suit :

    PATRO LENSOIS 1 point . 3-3 chez eux

    HANEFFE 1 poin t 2-2 chez eux

    MARNEFFE 1 point . 4-4 chez eux

    THISNES 2 points.  1-2 chez eux

    LANDEN 4 points 1-2 chez eux; chez nous match arrêté

    FUMAL 2 points.  5-0 chez nous

    ANTHEIT 3 points ; 1-1 chez nous; 1-2 chez eux

    AMAY 3 points 0-3 chez eux; 1-1 chez nous

    MERDORP 2 points.  5-1 chez nous

    FAIMES 1 point. 3-3 chez nous

    GRAND HALLET 3 points .  4-2 chez nous; 1-1 chez eux

    HUCCORGNE 4 points  4-0 chez nous; 1-2 chez eux

    VILLERS 4 points 4-0 chez nous; 0-4 chez eux

    Le sens du but et la puissance offensive de TARGEZ étaient prépondérants. C’était le joueur qui nous manquait. RENE mettait l’ambiance sur le terrain et après le match. La 3e mi-temps, comme on dit ,était chaque fois au rendez-vous et c’était là que se gagnait le match de la semaine suivante. Ce fut donc une année mémorable à tous points de vue. Une seule déconvenue: le 4-0 chez nous face à HANEFFE qui disposait d’un certain BOLLY qui allait évoluer en 3e Nationale.

    Nous aurions pu reprendre le chemin de la 3e provinciale parce que tous les matchs étaient à notre portée.

    Deux souvenirs mémorables : le match à Thisnes qui a fait l'objet d'une note séparée (Cliquer ICI ) et la rencontre à Marneffe qui est inoubliable. Je ne peux m'empêcher de vous en faire  un bref compte-rendu.

    Le match à Marneffe

    Tout auréolé de sa victoire à domicile lors de son premier match , notre team se rend donc à MARNEFFE pour son premier déplacement. La partie se déroule sous un soleil radieux en ce deuxième dimanche de septembre. Comme lors de la semaine qui précédait, en raison de l’indisponibilité de PAUL GONNE, CLAUDE HENNEAU est forcé d’évoluer entre les perches ; devant lui SERET, HANQUIN, GUY GONNE, DAXHELET ; JOIRET, DESTINEZ, J-L DETHIER ; PEETERS, TARGEZ et MUTSCH  

    Nous commençons très mal le match en l’absence d'ANDRE POLET et de sa rigueur défensive. MARNEFFE nous met 3 buts en 20 minutes avec un tandem LEDURE- HELLINCKX très remuant.  Nous ne donnions déjà plus cher de notre peau. Sur un dégagement manqué du libéro de MARNEFFE, FONTAINE, PH DESTINEZ ramène la marque à 3-1 sans joie particulière. Un peu avant le café, PH DESTINEZ place la balle dans le but sur un service parfait de L PEETERS. A 3-2, l’espoir renaît et TARGEZ clame même « on va gagner ».

    A la reprise, L PEETERS fait 3-3 sur un superbe tir croisé. Notre joie est de courte durée . Car comme si, au cours de ce match, nous devions courir derrière l’adversaire, MARNEFFE reprend l’avance à 4-3.

    LUC PEETERS est idéalement lancé mais 3 mètres hors jeu. C’est l’égalisation car l’arbitre ne veut rien entendre. Pour une fois, on ne prêtait pas qu’aux riches. Il accorde le but malgré le nuage de maillots verts qui s’est porté en face de lui.

    A quelques minutes de la fin, sur un coup de coin tiré pratiquement dans le but par le truchement de l’intérieur du pied de J-L DETHIER, RENE TARGEZ pose la tête et met la balle au fond du but. Les bras se sont levés et nous pensons que c’est 4-5. Et bien non car l’arbitre nourrit un sentiment de culpabilité et il estime que le puissant andennais s’était appuyé sur un adversaire lors de sa détente. Il n’en était RIEN et c’est ce que nous appellerons pudiquement « la compensation ».

    Le score restera donc de 4-4 et l’égalité était somme toute logique.

    Avec les déplacements à THISNES et à LANDEN, c’est une des plus belles prestations de la saison.

    Le sentiment du devoir accompli également parce que cette équipe de MARNEFFE, entraînée par BOURDOUXHE allait tenir un rôle important dans le classement de la série. Ils termineront 3e, nous 5e et nous avions bien senti que cette formation était de nature à poser des problèmes à toutes les équipes. Elle brillait par sa jeunesse et sa vitesse d’exécution.

    Progression intéressante

    En fin d'année , lors de notre souper annuel , j'avais enfin pu ne pas parler de navire en détresse mais de régate gagnée sur longue distance puisque notre progression avait été très franche au cours des dernières années
    1968-69: 6 points
    1969-70: 7 points (mon arrivée dans l'équipe)
    1970-71: 12 points
    1971-72 : 17 points (nous ne jouions pas si mal mais l'opposition était forte)
    1972-73: 19 points (année JACOB, c'était la dernière année des 3e provinciales )
    1973-74: 1ère année TARGEZ , en 4e provinciale: 31 points mais ce n'était sans doute pas comparable avec une opposition moins forte.

    Je ne manquai pas de mettre en exergue le rôle des membres du comité qui , tandis que nous nous amusions , travaillaient sur le long terme : Camille Corbier et Albert Beguin , les co présidents , Arille Joiret , le secrétaire , Camille Lambrechts , responsable « buvettes » , le trésorier Fernand Richard , Georges Renson ,  Raymond Colette et André Polet (qui venait de fêter ses 500 matches de foot)

    C'était la fin de la courbe croissante en ce qui concerne les points en tout cas. Il ne fallait pas comme entraîneur un amateur ou un fin tacticien mais quelqu'un qui était capable de secouer l'adversaire par lui-même sur le terrain.René TARGEZ fut le seul qui réalisa cela durant ma période vinalmontoise .
     
    C'est mon analyse ...40 ans plus tard.

    La photo

     

    Photo en tête de note: Camille Lambrechts, Claude Hennau, Gustin Seret, Jean-Paul Daxhelet, Jean Hanquin, Philippe Destinez, Luc Peeters , René Targez, Jean Luc Dethier, Eric Dubois, Jojo Poncin, Yvan Joiret